Archives pour la catégorie Mer du Nord

Navigation en Mer du Nord ! Destination favorite étant Londres !

Nieuwpoort Londres en voilier pendant le weekend de l’Ascension

Ce weekend de l’Ascension était l’occasion pour nous de refaire une traversée sur Londres au départ de Nieuwpoort. La dernière fois que nous sommes allés à Londres datait déjà d’avril 2012 ! Nous nous retrouvons donc mercredi soir au VVW à bord de Oceanlord. Un Sun Odyssey 509 relativement récent et le bateau amiral du loueur Westcoastsailing.

Jeudi 25 – Traversée de Nieuwpoort à Queenborough/Sheerness

Nous partons de bonne heure jeudi matin. La marée est basse à Nieuwpoort et je sens que le bateau passe tout juste avec ses 2,20 m de tirant d’eau. Le vent s’annonce très calme pour ces 4 jours, et les premières heures se passent au moteur car le bateau n’avance pas même lorsqu’il y a 10 nœuds de vent. Fort heureusement, les occupations en mer ne manquent pas. Nous croisons d’abord la route d’une cinquantaine de voiliers participant à la course Oostende Ramsgate. Leur spis colorés hissés tapissent l’horizon et offrent un spectacle majestueux.

Course voiliers Oostende Ramsgate

Régate Oostende Ramsgate

Charline réclame des dauphins et à l’approche des falaises de Margate et du premier parc éolien anglais, nous apercevons à une centaine de mètres 2 puis 5 dauphins (ou marsouins).  Je ne manque pas d’insister que l’équipage est « very very lucky ».  Quelques instants plus tard, nous faisons route de collision avec un chalutier français venant de Boulogne-sur-Mer. Ni une ni deux, nous décidons de nous approcher et de lui demander à la vhf si on peut lui acheter du poisson frais

  • Vincent pour Oceanlord : Bonjour, est-ce qu’en tant que confrères marins, nous pourrions vous acheter du poisson frais ?
  • Chalutier Saint-François : Bonjour Oceanlord, Qu’est-ce que vous souhaitez ?
  • Oceanlord : Peu importe, du poisson frais… !
  • Saint-François : Approchez-vous, on va voir ce qu’on a sur le pont

Quelques instants plus tard, nous faisons courses à 3 m du Saint-François (le nom a été modifié pour des raisons de confidentialité). Les 5 marins du chalutier nous observent avec un drôle de regard puis nous jette un sac plastique rempli de poissons, quatorze bars ! Wahou, délire total à bord, l’Oceanlord s’enflamme. Nous remercions le Saint-François et après quelques selfies poissons, les marins du bord mettent une vraie chaine de production en place avec différents ateliers : assommer les poissons, les vider et couper la tête, lever les filets, les écailler, les faire griller dans la poêle puis préparer l’accompagnement légumes et riz.

Pendant ce temps, Julien plongeait dans la mer pour se rafraichir et Pierre mettait les têtes des poissons sur ses orteils. Nous remontons l’estuaire de la Tamise, qui compte pas moins de 4 champs d’éoliennes distincts, et passons à côté des fameuses Red Sand Towers. Ces tours construites pendant la Seconde Guerre mondiale servaient de défense anti-aérienne contre les bombardiers allemands qui remontaient l’estuaire.

Quel gaillard !

Quel gaillard !

 

On arrive la nuit tombante au mouillage de Queenborough. La prise de pendille est merveilleusement ratée. D’abord Pierre et Thomas prennent la bouée puis lâchent l’aussière passée dans l’anneau… Ensuite à l’arrière, François lâche la gaffe pour attraper la bouée à l’arrière. S’en suit un premier plongeon à l’eau pour récupérer la gaffe. Ce premier plongeur sera rejoint par un second… Tout cela alors que le courant dépasse probablement les 2 nœuds…

Vendredi 26 – Queenborough / Sheerness à Londres Limehouse Basin

Départ matinal pour la remontée de la Tamise. Tout le monde est rapidement sur le pont pour prendre le petit déjeuner. Nous faisons enfin quelques heures à la voile, et finissons ensuite les deniers lacets de la Tamise au moteur. Une patrouille en zodiac nous rejoint et un policier monte à bord pour vérifier que nous sommes des gens raisonnables.

Oceanlord passe par la Thames Barrier – ces portes servant à protéger Londres d’inondation en cas de forte marée. Ensuite Canary Wharf, et le musée de Greenwich – le méridien zéro. On arrive vers 13h au Limehouse basin, une des trois marinas de Londres. Cette marina n’est pas la plus sexy et un rien excentrée, mais offre un certain folklore. Des dizaines de personnes y vivent à l’année à bord de péniches.

Après une rapide douche, nous partons en balade dans la ville. On longe la Tamise jusqu’à la Tour de Londres et le London Bridge. Avant d’enchainer (gentiment) les terrasses qui sont bondées de fêtes « afterwork ». C’est vendredi après-midi, il fait beau, les anglais mais aussi énormément de travailleurs étrangers enchainent pinte de bière et apérol spritz au soleil, le mercure atteint les 28°C !

L’équipage du Oceanlord se retrouve ensuite à Shoreditch, quartier branché du centre de Londres. Giulia, une ancienne stagiaire Glénans de 2008 en Irlande, nous y rejoint. Burger, pinte,… Même les plus fervents fêtards du bord rentrent bien tôt à la marina pour faire dodo.

Samedi 27 & dimanche 28 – Londres Limehouse Basin à Nieuwpoort

Samedi matin, l’équipage se divise en petits groupes pour continuer à explorer Londres. Julien et Pierre se chargent de faire le plein de gasoil, pendant que d’autres explorent Greenwich. Avec Mano et François, on se ballade devant Westminster, Big Ben, Buckingham, où on voit la Garde Royale à cheval, et ensuite Hyde Park. Au retour Picaddily, Trafalgar et Covent Garden. La ville bouillonne de badauds et touristes, et dégage une énergie folle. Elle nous impressionne aussi par son histoire qui jaillit à chaque coin de rue.

A 16h (heure anglaise), nous larguons les amarres et passons l’écluse pour sortir de la marina. Nous hissons très rapidement la voile alors que nous sommes encore dans Londres. Alors que le vent monte gentiment et que quelques rafales apparaissent, notre voilier devient incontrôlable, il part au lof. Ce comportement est vraiment anormal et je soupçonne que quelque chose soit pris dans le safran. Alors que je mets le bateau à la cape (=à l’arrêt), Julien, notre plongeur, retourne faire un tour dans l’eau pour vérifier le safran. Rien d’anormal sur le safran mais par contre la coque est couverte de petits coquillages. Cela explique instantanément les nombreux doutes que j’avais déjà exprimés… Ce bateau n’avance pas et même au moteur à 2000 RPM, a du mal à dépasser les 5 nœuds. Cela fout ma journée en l’air et me plombe le moral… On paie un bateau bien cher et on se retrouve avec un veau couvert de coquillages…

On se traine à la sortie de la Tamise mais on apprécie le coucher de soleil en mangeant des lasagnes réchauffées au four. Alors que la nuit est tombée, Oceanlord se retrouve contre-courant dans une passe peu profonde au sud de l’estuaire. On longe ensuite les falaises de Margate pendant que François, Vincent, Charline et Vero s’essaient aux joies de barrer un voilier. Le tout sous l’œil vigilant de Mano.

On rallume le moteur au début du second quart de la nuit, et le soleil fait rapidement de nouveau son apparition. Thomas gère le quart et laisse le capitaine dormir sur ses deux oreilles. A l’approche des côtes belges, le vent reprend et tourne Nord. Arnaud nous prépare des pâtes au brocoli.

Le weekend se termine en passant le chenal de Nieuwpoort à la voile. Un tout grand merci aux équipiers du weekend, tous ont été vaillants à terre comme en mer.

Marin du weekend – récompenses individuelles !

Pour le fun, voici les 2 distinctions que je voulais décerner à la fin du weekend.

Meilleur novice : Entre en compte dans cette catégorie, les marins pour qui ce fut leur première navigation. Après concertation, le jury n’a pu départager 2 candidats qui se sont révélés précieux pour la vie à bord et précis lorsqu’ils ont barré le navire, nous nommons François et Vincent.

Espoir masculin de l’année : Il n’y a pas eu photo dans cette catégorie. C’est sans appel que le jury a désigné « Tom le bâtisseur » comme futur star de la voile. Le jury souhaite récompenser un état d’esprit irréprochable, une grande curiosité intellectuelle, ainsi qu’une rapidité impressionnante à assimiler de nouveaux éléments. L’élément déterminant, Thomas a su gagner la confiance du capitaine très rapidement, s’élevant au rang de chef de quart.

Bilan

  • Londres est une ville merveilleuse, pleine de vitalité, et chargée d’histoire
  • Le mal de mer n’est pas une fatalité, nous n’avons eu aucun malade à l’aller ni au retour, c’est avant tout un état psychologique qu’il faut avoir !
  • Un voilier de 50 pieds c’est beau, mais il est recouvert de coquillages cela n’avance pas à la voile ni au moteur. Tout le weekend on s’est fait « tracer » par des voiliers plus petits et plus légers.
  • L’aller-retour à Londres en 4 jours c’est plutôt chaud, il faut compter 24 heures de nav aller et autant au retour

 

Nouvelle marina à Cadzand

Nous avons découvert la nouvelle marina de Cadzand-bad située en Hollande, juste passée la frontière avec la Belgique. Pour les plaisanciers, cela offre une nouvelle alternative entre Zeebrugge et Breskens ou Vlissingen, à l’embouchure de l’Escaut.

 

 

La marina est accessible à toute heure de la marée (quoique à marée basse avec beaucoup de houle je ferais attention à l’entrée). Les pannes sont bien larges et les catways stables, ce qui rend les manœuvres agréables. On peut regretter le peu d’espace à l’entrée de la marina, c’est trop étroit pour manœuvrer, envoyer la grand voile ou ranger les pare-battes.

Les cartes marines (et google earth) n’étant pas encore à jour, le mieux est d’utiliser la web app de navionics pour repérer l’entrée du port

https://webapp.navionics.com/#boating/search@14&key=%7B_rxHepsS

Les sanitaires sont tout neufs et tout propres, j’apprécie particulièrement les douches spacieuse. le tout est dans un nouveau bâtiment au look très moderne. A l’étage, un resto bar que nous n’avons pas testé mais qui offre une vue imprenable sur les cargos qui remontent ou sortent de l’Escaut.

La marina est plutôt chère – 43 EUR pour 7 personnes (24 EUR + 8 EUR taxe de séjour + 10 EUR pour une carte d’accès aux sanitaires + électricité). On est obligé d’acheter cette carte, même quand on ne passe qu’une nuit dans le port. Vraiment dommage.

Dans les environs (<1 km), une magnifique plage avec la vue sur les cargos et sur Knokke (Belgique), quelques restos, un supermarché….

 

entree marina cadzand

Entrée marina Cadzand (screenshot Navionics)

Zeebrugge – Zierikzee – Veerse Meer

Cela faisait longtemps que nous n’avions plus fait de weekend à la mer du nord. Avec Camille, Loïc, Roxane, Cédric, Arnaud et Mano, nous nous retrouvons vendredi soir au fond du port de Zeebrugge. Après le traditionnel poulet boursin brocoli et une tentative de jeu de société, on se couche alors qu’Arnaud n’est pas encore arrivé de Londres. Après une très courte nuit, le réveil du capitaine sonne à 6h15. Le jour a déjà fait son apparition et c’est bien la seule chose qui nous rappelle que c’est presque l’été. Le temps est maussade et la météo s’annoncera à moitié correcte… pluie pluie pluie… par contre nous aurons 20 nœuds de vent au lieu des 10 annoncés. Le tout au portant donc vraiment agréable.

Un petit détour par la seule boulangerie ouverte à Zeebrugge à 6h30, et nous partons de la Westhinder Marina. Camille fait la manœuvre de port et le reste de l’équipage range pare-battages et aussières. On passe devant un bateau vert de Deme (dragage) et puis on se retrouve coincé 20min à cause d’un feu rouge… On ne peut pas sortir de Zeebrugge car un paquebot de croisière P&O fait son entrée… avec probablement un millier d’anglais qui iront visiter Bruges tout à l’heure.

On longe Knokke, le Zwin, et Cadzand en enchainant les empannages pour rester entre la plage et le rail des cargos qui s’engouffrent ou sortent de l’Escaut. Un marsouin (petit dauphin) vient nous saluer, seul Loïc faisant la sieste sortira trop tard de la cabine pour l’apercevoir. Le courant de marée devient de plus en plus fort et on passe Vlissingen, Breskens puis Terneuzen à plus de 10 nœuds sur le fond ! On aperçoit des phoques au loin sur un banc de sable alors qu’on prend le Kanaal door Zuid-Beveland qui relie Westerschelde et Oosterschelde.

La météo est de plus en plus grise et à la sortie du dit canal, le vent monte à 20-25 nœuds et la pluie s’invite… On prend rapidement 1 ris et on roule le génois. Nos diables rouges commencent simultanément la deuxième mi-temps de leur match Euro 2016 contre l’Irlande. On enchaine les virements de bord toutes les 3 minutes pour rester dans les étroits canaux du Oosterschelde. Une personne est chargée de tenir le PC avec la connexion pour regarder le match de foot, 2 autres servent d’embraques afin de réussir des virements parfaits – càd sans utilisation de la manivelle, et enfin le reste fait le boulet pour éviter de partir au lofe en positionnant son poids le plus au vent possible.

Le passage sous le pont Zeelandbrug, reliant l’île de Noord Beveland et Schouwen Duiveland (ouverture du pont toutes les demi-heures), signifie la fin de notre longue journée… On a fait plus de 60 MN de route et navigué presque 12 h ! Le canal d’entrée du port de Zierikzee est situé juste après le pont, et comme par miracle, le vent se calme, la pluie disparait, et un autre marsouin vient nous faire un coucou.

Zierikzee est une ville « typique » hollandaise, qui peut faire penser à Amsterdam en nettement plus petit. chaque weekend, des centaines de voilier y passent et c’est donc en tant que 3ème bateau à couple que nous installons notre Oceanis 37 au port. Nos voisins Anversois, sur un beau 40 pieds sont très fatiguant concernant l’amarrage de notre voilier, …  Heureusement j’avais prévenu l’équipage que ce serait pénible J .

Petit tour en ville puis un apéro plus tard… tout le monde est bien claqué de sa journée. On découvre dimanche matin qu’aucune boulangerie n’est ouverte avant 11h, c’est donc sans pain qu’on repart. Le vent est plutôt mou et on passera quasiment toute la journée au moteur. On recroise le marsouin de la veille puis on s’arrête un quart d’heure devant un banc de sable avec une trentaine de phoques. Ensuite passage d’écluse et on traverse tout le Veerse Meer. Petit tour à Veere et canal door Walcheren, qui passe par Middelburg et qui relie Veere à Vlissingen. Cela nous prend beaucoup de temps, ayant raté le Blauwe Golf …  Arrivée 19h45 à Zeebrugge… L’équipage est au top et en 10 min à peine, le bateau est rangé, nettoyé et vidé. Une nouvelle très longue journée. Un très beau weekend !

Merci à tous

 

 

Weekend Oosterschelde à la voile – Tholen & Zierikzee

Port de Tholen

Port de Tholen

Au départ de Tholen (Zélande / Pays-Bas), nous avons encore passé un excellent weekend à bord de Heaven Can Wait – un voilier Sun Rise 35. Les ingrédients de weekends réussis sont connus, un cadre idyllique, des conditions de rêve avec soleil et vent modéré et un bon avitaillement. Bénédicte, Philippe, Thibaut et Charles nous rejoignent juste avant le coucher du soleil en ce vendredi soir à Tholen, c’est une des dernières journées d’été. Comme la plupart des primo-navigants, ils découvrent toute les subtilités et astuces d’un voilier de croisière, vannes pour vider l’évier, tableau avec interrupteur pour la pompe à eau, lumière, vhf, … La soirée se passe un bon apéro et bon repas, on trouve le sommeil sans difficulté – on dort toujours bien à bord d’un voilier.

Moulin au centre-ville de Tholen

Moulin au centre-ville de Tholen

Samedi matin est marqué par une petite chute heureusement sans gravité, sur le ponton glissant (recouvert de rosée). Après une mise en route en douceur, nous passons le Berghse diepsluis qui sépare Tholen du Oosterschelde et faisons cap au près serré vers le Goese Sas. Après une petite ballade où je tombe sur mon premier « formateur » Glénans et ensuite sur Arsène du club de voile, nous prenons le pique-nique à bord.

Berghse Diepsluis

Berghse Diepsluis

Pour rejoindre Zierikzee pendant l’après-midi, nous tirons des bords face au vent avant de passer en dessous du Zeelandbrug (ouverture à xxh10 et xxh40). Zierikzee est un enchantement. Le soleil brille, les centaines de voiliers à couple sont d’humeur joyeuse et la ville médiévale est magnifique. Comme il y a 2 ans, nous mangeons au restaurant de Beuze que je ne peux que recommander. Dimanche, la route du retour est nettement plus facile car ne nécessitant pas de louvoyage face au vent. En route, nous voyons d’abord un marsouin. Puis, nous passons devant le banc de sable bien connu du Oosterschelde où une bonne vingtaine de phoques se regroupent à chaque marée basse. L’équipage en redemande et nous faisons même 3 bords devant les mammifères.

Entrée Berghe Diepsluis

Entrée Berghe Diepsluis

Après une courte escale à Yerseke à marée basse, nous rentrons sur Tholen. Pour pimenter ce retour, nous touchons d’abord un petit banc de sable à la sortie de Yerseke avant de galérer pour rouler le génois. Le problème (de longue durée) était que la mauvaise drisse était utilisé pour le génois sur enrouleur. Après 2 affalages de la toile, j’ai enfin compris la cause du problème. Encore un grand merci à tout le monde pour le merveilleux weekend.

Heaven Can Wait - SunRise 35

Heaven Can Wait – SunRise 35

Notre trajet dans Oosterschelde

Notre trajet dans Oosterschelde

Zierikzee - centre ville

Zierikzee – centre ville

Zierikzee - le long des quais

Zierikzee – le long des quais

Ballade au Goesche Sas

Ballade au Goesche Sas

Sailing on the GrevelingenMeer – Wind, islands and nice villages

With Kaat, Danielle, Marie-Christine, Caroline and Koen, I spent last weekend exploring the GrevelingenMeer on board of a Oceanis 40 – AquaHolics rented at aquavitesse.

The wind was strong – between 4 and 5 Beaufort on both days – and allowed us to sail around quite fast. In the more narrow channels, we had to tack every minute and the crew improved their sailing skills.

Leaving Bruinisse Aquadelta on Saturday morning, we were hit by a severe rain cloud- Koen was the only one to remain outside to steer our Oceanis 40. We enjoyed lunch in Den Osse and left the pontoon without using the engine to exercise manoeuvring skills. After a new ballad in the Grevelingenmeer, we finished the day in Brouwershaven. The charm of the old harbour conquered everyone.

On Sunday – a new trip between the islands – see the chart below brought bus back to Bruinisse.

I’m always amazed by the magic of sailing – people naturally get along on a boat although they probably wouldn’t on earth !

One more sailing weekend to go before the transatlantic !

IMG_0331.PNGIMG_0327.PNG

IMG_2398.JPG

IMG_2423.JPG

IMG_2411.JPG

IMG_2408.JPG

IMG_2287.JPG

IMG_2339.JPG

IMG_2281.JPG

IMG_2334.JPG

3 days from Zeebrugge – Oosterschelde and Westerschelde

Annemie, Marie-Noëlle, Harry, Freek, Arnaud, Evarest and myself (Miguel) really intended to sail across the Channel to Harwich and Ipswich last weekend. A trafficless highway to the coast as well as a smooth food provisioning were a great start for a fantastic 3 day weekend.

Sailing Boat in Kanaal door Walcheren

Sailing Boat in Kanaal door Walcheren

On Friday evening, I gave a safety briefing where we reviewed several safety procedures, such as MOB (Man Over Board) and VHF Distress messages. I showed how to use the emergency tiller/rudder (French: Barre Franche de Secours) and we checked the weather forecast as well as the charts. We also tested the main sail and the Genua. Our experienced crew was ready to go. After a delicious chicken – boursin – peaches – brocoli – rice dinner, a few beers and a lot of water, the crew had to rest !

Alarm clock went off at 5.30, we left Zeebrugge RYCB shortly after 6 AM. The sun was already present and it was very hot, the wind was too mild and the first hour we did fight against the tidal stream with our 21HP engine. Zeebrugge was still well visible when a rapid additional check of windguru revealed that the wind expected on Sunday evening would be very weak as well. In 10 min we changed our minds, we headed Foxtrot, our Oceanis 37, on Vlissingen. The tidal streams brought us in a few hours at the entrance of the Kanaal door Walcheren. We passed several locks and bridges, had a short lunch break in Middelburg, and then reached Veere at the end of the Kanaal. There was no wind and it was probably the hottest day of the year.

 

From the top of the mast of Foxtrot - Oceanis 37
From the top of the mast of Foxtrot – Oceanis 37

 

We moored Foxtrot in the Oostwatering marina at 2 km from Veere and enjoyed apéritif with a lot of water. Arnaud and I even went for a swim in the harbor. The Oostwatering harbor is packed and the pontoons are designed for smaller boats. After mussels and fish for dinner in Veere, we walked back right to our sail boat. A thunderstorm with some severe rain hit the Veerse Meer at the moment we reached our boat. The sky was embraced with hundreds of lightning flashes.

Veere downton

Veere downton

Day 2 was more relaxed. A late wake up and a slow paced sailing brought us down the Veerse Meer at the Zandkreekdam. An expedited lunch (10 min top chrono) and we took the lock to enter the Oosterschelde. The wind was luckily picking up, sailing became fun. We toured in the Oosterschelde until the Zeelandbrug, on our way back to Wemeldinge, we saw a dozen of seals on a sand bank. Emotions weren’t over for Evarest as he was assigned the difficult task to prepare dinner. With the support of Arnaud, he brilliantly succeeded. The marina of Wemeldinge is very modern, the pontoons are wide and the average boat size is above 40 feet. The showers are clean, and free wifi is available.

Wemeldinge harbor sunset

Wemeldinge harbor sunset

 

Between Oosterschelde and Westerschelde - boats passing bridge
Between Oosterschelde and Westerschelde – boats passing bridge

 

We kept the best of sailing for day 3. With more than 40 Nautical Miles to go, it was an ambitious target. Especially if we meant to arrive on time in Zeebrugge at 17h. Marie-Noëlle had reviewed the tidal streams in the Westerschelde – we did leave Wemeldinge at 9h45, and spend almost 2 hours to accomplish the first 5 NM as we had to pass a few bridges and another lock. Freek’s experience was very useful to pass this ultimate lock with important barges transporting bulk material.

 

With a dozen of other sailing boats, we sailed to Zeebrugge in a minimum of time – 5 hours for 35 NM !!! Our SOG (Speed On Ground) was often above 9 knots and with a NNW wind of 15 to 20 knots, Foxtrot was heeling a lot. In some parts of the Westerschelde, we had to tack every 2 min, improving greatly our technique.

Two “near-misses” with other sailing boats with helmsman not paying attention need to be reported.

Foxtrot was safely moored and cleaned in Zeebrugge by 16.30 but the real accident still needed to happen. A tourist boat with 30 passengers doing visits of Zeebrugge harbor got its engine stuck in full gas position. The accident was inevitable but the driver/pilot of the boat managed it very well. She headed her uncontrollable boat between a fishermen boat and the dock wall, avoiding major damage to the surrounding sailing boats as well as physical damage to the passengers.

3 day sailing trip from Zeebrugge - Oosterschelde Westerschelde

3 day sailing trip from Zeebrugge – Oosterschelde Westerschelde

 

A word on Foxtrot, our Oceanis 37 rented at ChannelSailing in Zeebrugge.

 The boat was very clean, recent, well equipped and the people running the company very laid back. They brought all the charts we needed as we planned to sail to Ipswich.

Although it is only 37 feet long, the cockpit is large with a nice table for lunch/dinner. The sails were in perfect shape. I would just regret that the depth meter is inside and not next to the helmsman.

We had to pay an extra 5 EUR per day for the gas and an extra 6 EUR per motor hour (fuel included) cash at the end of the weekend. We didn’t have to refuel.

Oceanis 37 Foxtrot moored in Zeebrugge RYBC

Oceanis 37 Foxtrot moored in Zeebrugge RYBC

 20140725-130903-47343044.jpg

20140725-130902-47342753.jpg

Veerse Meer – Navigation au soleil !

Dimanche nous avons profité du soleil et espéré un peu de vent pendant une jolie journée au Veerse Meer !

Lancée quelques jours auparavant, l’invitation à cette journée a rencontré un vif succès – si bien qu’on a malheureusement dû refuser plusieurs personnes.

20140528-153125-55885391.jpg

À bord de 3 polyvalken, nous avons exploré les astuces du réglages par petit temps d’un voilier. Les principaux enseignements étant l’intérêt de ´creuser ´ les voiles pour développer plus de puissances, et de faire gîter le bateau pour diminuer la surface mouillée!

Tristan nous a prouvé qu’il était le plus courageux en allant nager pendant que le reste du groupe faisait une sieste !! Il gagne même le titre de marin du jour… Après m’avoir corrompu avec du pastis et un magnifique livre sur les 100 ans de Gitana !!

Après la pause midi – une bataille d’eau à fait rage entre nos modestes navires ! Il y eu même abordage de bouée …

Alors qu’on était presque de retour au port de Wolphaartsdijk, le vent s’est soudain levé, ce qui a rendu l’arrivée au port d’autant plus délicate !

Fin de la journée chez Fernand à Bruxelles pour une Mitraillette !!

contactez-nous pour organiser votre journée de voile au Veerse Meer!!

20140528-153123-55883191.jpg

20140528-153124-55884669.jpg

20140528-153122-55882080.jpg

20140528-153123-55883934.jpg

20140528-153122-55882663.jpg

20140528-153126-55886077.jpg

Sailing Discovery Day – Veerse Meer

While most of our colleagues were working hard to complete on time 2 papers. A bunch of brave sailors, future pirates, decided to discover sailing. The ideal spot was of course the Veerse Meer.

The best ingredients were present for a succesful day: Sun and a light south-westerly breeze.

 

Admiraal De Ruyter Jachthaven – le charme de Vlissingen

Michiel De Ruyter Marina Vlissingen

Michiel De Ruyter Marina Vlissingen

Chacun sait que les côtes belges de la Mer du Nord n’offrent pas le même charme que la Bretagne. De plus la navigation n’a pas de difficulté particulière et donc peu de saveurs. Avec 2 mètres de tirant d’eau, votre voilier franchira aisément la plupart des bancs de sable.

Pour trouver des coins sympas, il existe 3 solutions, la France, les Pays-Bas et l’Angleterre.

Entrée port centre ville Vlissingen

Entrée port centre ville Vlissingen

Le premier port de charme aux Pays-Bas est Vlissingen et sa marina au centre ville « Admiraal De Ruyter ». L’entrée de ce havre bucolique nécessite cependant pas mal de réactivité et ne se tente pas en solitaire. Tout d’abord, les voiliers ne sont pas la principale attraction du coin, ce sont les cargos qui arrivent par deux/trois chenaux différents devant Flessingues, à l’embouchure de l’Escaut. Ils changent rapidement de direction et la trajectoire de votre petit voilier est plus qu’incertaine alors que le courant monte facilement à 2 ou 3 nœuds. Le courant justement décidera de votre direction, exactement comme en Bretagne.

Front de mer à Vlissingen

Front de mer à Vlissingen

Une fois le slalom réussi entre les porte conteneurs qui se rendent vers Terneuzen ou Anvers, veillez bien à ne pas gêner les bateaux pilotes sortant à toute allure du port. Enfin dernière difficulté, l’étroit passage pour accéder à la marina, à ne pas tenter avec des voiliers de plus de 40-45 pieds ! Le pont tournant qui vous bloque

La très étroite entrée vers la Marina Michiel De Ruyter

La très étroite entrée vers la Marina Michiel De Ruyter

l’accès à la marina et actionné par les employés du restaurant à côté. N’oubliez pas de les appeler en saison pour être certain d’avoir une place.

Une fois amarré, j’aime me promener sur la digue, et m’arrêter boire une bière en regardant les navires marchands passer à quelques centaines de mètres de la plage, spectacle assuré.

Les cargos croisent à quelques centaines de mètres de Vlissingen

Les cargos croisent à quelques centaines de mètres de Vlissingen

Navigation entre Oostende, Vlissingen et Zeebrugge

Le vent ne portant malheureusement pas vers l’Angleterre, c’est avec plaisir que nous avons fait escale au Pays-Bas, à Vlissingen. Ville qui assiste au spectacle incessant des cargos qui entrent et qui sortent de l’Escaut.

Vlissingen, destination de la Mer du Nord

Vlissingen, destination de la Mer du Nord

Navigation de Oostende à Vlissingen

C’est l’automne, les jours raccourcissent déjà beaucoup mais les conditions sont idéales pour un week-end en mer. Tandis que je prends l’apéro à bord du voilier de Patrick, autre moniteur de Milles à Bord (www.voiles.be), mon équipage de ce week-end retrouve Urga dans la mercator marina d’Oostende.

Une belle brochette ! Giulia (Italienne (à ne pas confondre avec l’autre Giulia)), Abtin (Irano – Suédois), Hervé (Français) et les belges Allison, Guillaume et Pierre.  Hormis Allison qui a déjà une belle expérience en voile légère aux Glénans, tous sont débutants.

Après avoir étudié toutes les options pour le week-end, nous décidons d’aller à Vlissingen, le courant nous y poussera samedi après-midi, et nous ramènera dimanche matin. Après un plat typiquement belge – saucisse purée compote – nous nous promenons au centre-ville d’Oostende. Pierre nous emmène dans une soirée privée dans le casino d’Oostende…

Pierre à la barre d'Urga

Pierre à la barre

Le courant n’étant favorable qu’à partir de 14h, le réveil se fait en douceur, on attend aussi que la houle levée par le vent fort des jours précédents se calme. Urga s’éloigne à peine de l’estacade, que les estomacs les plus faibles cèdent déjà.

hisse et oh matelot du jour

hisse et oh matelot du jour

Le mal de mer est rapidement plus qu’un loitain souvenir, le soleil, le vent et le courant favorables nous remontent le moral. Urga croise nombreux cargos au large de Zeebrugge.

L'équipage au grand complet après une dure journée

L’équipage au grand complet après une dure journée

Vlissingen est un ville charmante quoiqu’un peu morte quand nous y débarquons. La bière avec le coucher de soleil sur les cargos qui défilent devant nous est un des meilleurs moments du weekend. Demain il faut déjà rentrer.

Port de Vlissingen au matin

Port de plaisance de Vlissingen au matin

Soleil couchant à Vissingen

Soleil couchant à Vissingen

Le vent un peu mou nous obligera à utiliser notre moteur Yanmar une partie du trajet.

Petit déjeuner à bord d'Urga - Abtin, Allison, Hervé

Petit déjeuner à bord d’Urga – Abtin, Allison, Hervé

Séance lecture pour Allison

Séance lecture pour Allison

Rangement de notre voilier, c'est déjà fini !

Rangement de notre voilier, c’est déjà fini !

60269_10151045872696920_2031415455_n 75142_10151045874206920_1299411763_n

L'équipage dans l'écluse d'Oostende

L’équipage dans l’écluse d’Oostende

Sieste sur un voilier

Sieste

Fly away

Fly away

L'heure du réconfort à Vlissingen

L’heure du réconfort à Vlissingen

Guillaume nous emmène vers Vlissingen

Guillaume nous emmène vers Vlissingen

Urga file

Urga, notre Etap 39, file

Pierre et Miguel

Pierre et Miguel

Port de Vlissingen, attention à l'entrée très étroite et aux heures de marée.

Port de Vlissingen, attention à l’entrée très étroite et aux heures de marée.

Préparation sortie à la voile au départ d’Oostende

Vu le succès de mon post sur la préparation de notre navigation jusqu’à Londres en avril, je me permets de récapituler tous les liens utiles pour la navigation de ce weekend en mer du Nord. Et d’expliquer mon raisonnement.

Météo

http://marine.meteofrance.com/ –> bulletin côtier frontière belge
windguru.cz

Horaire marée

annuaire-maree.fr –> horaires marées France
http://www.mumm.ac.be –> horaires marées Belgique
fr.windfinder.com

Courant

http://www.previmer.org –> pour avoir une bonne idée du courant ! Cela donne des cartes précises avec la force et la direction, heure par heure.

Le courant est oriente vers le SW jusque 2 h après la basse mer à Dunkerque, soit 14h30.

Cartes

maps.google.com –> super outil map labs pour calculer les distances en milles nautiques.

28 MN jusqu’à Breskens, 24 MN jusqu’à Dunkerque depuis Oostende.

Les prévisions de vent pour ce week-end sont étranges pour la région. Un vent modéré 2-3 beaufort, venant du nord. Plutôt rare quand on est habitue à affronter du SW dans les parages. Un vent de Nord, c’est une aubaine ! Cela évite de devoir tirer des bords dans un chenal étroit pour arriver à Dunkerque. De plus, rejetant l’option Angleterre pour ce weekend (équipage trop peu expérimenté), nous pourrons ou bien aller vers les Pays-Bas, soit vers la France, c’est le courant, comme souvent, qui décide à notre place. Bien que le coefficient soit faible (40-50) pour ce week-end, il atteindra une vitesse de 1.5-2 kts. C’est à dire que notre voilier avancera à 3.5 nœuds contre le courant, ou 6.5 nœuds avec le courant ! J’ai choisi !

La renverse de courant a lieu 2h30 après la marée. C’est à dire que le courant « montant », vers le NE démarre 2h30 après marée haute, soit vers 14h30 ce samedi. Idéal pour naviguer vers les Pays-Bas. Dimanche, nous devrons partir de bonne heure pour rentrer vers Oostende, le courant sera favorable pour ce retour de 9h jusque 15h !

Le seul choix qui nous reste à faire, Breskens ou Vlissingen… L’équipage choisira !

Soleil Couchant

Soleil Couchant

Retour des JOs de Londres à la voile !

Opportunité de dernière minute, je suis invité aux JO de Londres pour skipper un Etap 39 entre Londres et Oostende. Coup de bol, je trouve encore des tickets pour assister au dernier match des Red Lions (hockey) contre l’Espagne, ainsi que le match pour la médaille de bronze (Australie – Team G.B.). Deux matchs se concluant par la victoire de mes favoris, Belgique et Australie ! Je retrouve mes amis Moïse et Véronique au Belgian House le soir pour assister au concours de Tia Hellebaut.

Nous quittons Londres alors que la quinzaine olympique entame son dernier jour. La marée est haute et il faut profiter des 6 heures de courant favorable pour descendre la Tamise. Arrivé à Sheerness, à l’entrée de l’Estuaire, nous affrontons 20 noeuds de pleine face alors que les fichiers météo avaient annoncé du travers à 10 noeuds. Je suis gêné pour mon équipage à qui je n’avais pas promis pareille fête. 3 heures durant Urga, notre voilier, tape dans les vagues. Le vent se calme enfin et nous essayons de progresser à la voile, cela marchera brièvement en longeant les falaises de Margate.

On avale des pâtes avant d’arriver de nuit à Ramsgate. Je ne dispose pas de la carte détaillée, mais heureusement je me souviens des lieux suite à notre visite en avril. Amarré dans le port de Ramsgate, Pierre est embarqué par la police…. jusqu’à une pompe à essence pour faire le plein de Diesel. Pendant ce temps, avec le reste de la famille j’assiste à la cérémonie de clôture des JOs, je suis impressionné par la prestation de l’anien monty python. Les Spice Girls me laissent plutôt froid.

On part avant l’aube, Pierre et moi nous relayant à la veille, malheureusement quasiment l’entièreté de la traversée se fera au moteur. On avalera les 55 MN entre Ramsgate et Oostende en 8 heures.

Sailing to London 2012 – J5 – Ramsgate – Nieuwpoort

Il est 5h et on déjà à 2 milles nautiques de Ramsgate, le vent est encore trop mou mais toutes les prédictions indiquent que cela va souffler ! Mno, Pauline et Sam sont de quart et le réveil trop matinal semble laisser quelques traces.

SeaLord arrivant à Nieuwpoort

SeaLord arrivant à Nieuwpoort

A peine une heure plus tard, le vent souffle à 25 noeuds et SeaLord monte en vitesse, il est à peine 13h30 quand nous arrivons à Nieuwpoort, juste à temps pour que les parents de Mno nous accueille.

Sailing to London 2012 – J4 – Chatham Martime – Ramsgate

Pâques ! Aline et Mno ont prévu le coup, le pont est recouvert d’oeufs en chocolat pour fêter l’occasion ! Après un English Breakfast et une ballade dans cette petite ville du Kent, on reprend la mer. C’est le calme avant la tempête ! J’ai beau annoncé qu’il y aura du vent fort tout à l’heure, personne ne me croit. Pour ajouter un peu de piquant, on prend un petit raccourci, The Swale river, et on passe en dessous d’un pont levant et de ligne éléctrique, probablement plus proches que mes calculs ne l’ont fait croire.

Pont qui se lève...

Pont qui se lève sur la Swale River

On longe les falaises de Margate et il ne reste vraiment plus beaucoup d’eau en dessous de la quille, à peine 40 cm et la marée descend encore…. il faut vraiment que j’arrête de jouer à rase banc de sables ! Ou alors il faut que j’achète un dériveur intégral. Entrant dans le port de Ramsgate, notre prédiction se révèle correcte, il n’y a pas assez d’eau, on attend une vingtaine de minutes au milieu du port avant d’accéder à la marina. C’est l’heure d’aller au pub !

Sailing to London 2012 – J3 – St Katharine – Chatham Maritime

Réveil en douceur, Moïse et Véro (qui habite Londres) nous apportent le pain, je fais une omelette. Après une ballade de plusieurs heures le long de la Tamise, nous arrivons à Big Ben. Moïse et Véro nous laissent, ils vont voir la fameuse course d’aviron, Oxford vs Camebridge. Retour en Taxi au bateau après un #énorme# détour pour voir l’appart de Eléonore.

Underground

Déjeuner crêpes en re-descendant la Tamise voiles hautes, on se permet de faire du pilotage rase cailloux alors que la nuit tombe. Je sens que l’équipage prend forme, tout le monde a trouvé sa place. Ele nous sauve plusieurs fois en repérant des bouées que je n’avais pas vues, Pierre nous prépare à manger, Aline découvre les sensations à la barre et Mno explique la lecture de cartes aux filles.

On repart déjà !

L’arrivée à Chatham, après plusieurs heures de slalom entre les bouées de nuit, est mémorable. Le courant traversier à l’entrée de l’écluse doit bien faire 4 noeuds, l’entrée fut un moment très chaud. L’éclusier nous annonce malheureusement que nous arrivons trop tard pour boire un verre au pub, comme pour s’excuser, il descend de sa cabine nous amener bières et vin mousseux ! La soirée peut commencer !

Marin du jour – Pierre

Sailing to London 2012 – J2 – Queenborough – St Katharine’s Dock (London Tower Bridge)

La journée avait pourtant superbement commencé, mais elle aurait pu tourner à la catastrophe. En partie à cause du loueur, en partie de ma faute, de l’avoir cru naivement !

6h39, mon réveil sonne et les équipiers les plus valeureux, Seb T, Ju(ju), Mno et Sam sont au garde-à-vous. 5 minutes plus tard on quitte le mouillage. Une petite dizaine de bateaux remontent la Tamise avec le courant favorable vers Londres. Les premières heures sont idylliques, nous naviguons par vent de travers.

léquipe devant tower bridge

Une heure après avoir démarré le moteur, nous tombons en panne à hauteur de Gravesend. Heureusement, la dérive au milieu de la rivière ne dure guère longtemps. Un plaisancier nous remorque presque immédiatement jusqu’à un ponton en réparation. 45 minutes plus tard, Eléonore et Julien ont accompli 3 allers-retour en stop jusqu’à la pompe à essence. La marche vers Londres peut reprendre !

Pierre fait un tour en haut du mât et on mange des lasagnes en admirant les rives de la Tamise. On passe devant la city et deux virages plus loin, on voit Tower Bridge. Quelques photos et nous tournons à droite dans la Saint Katharine marina. Ecluse et amarrage devant une cinquantaine de badots, intrigués par notre pavillon (belge) et nos polos faits pour l’occasion.

Il et 14h, l’exploration de Londres peut commencer. Pauline et Mno sont obsédé par la visite d’un magasin horrible dont le nom m’échappe (Primark?), quant à moi je fais des emplettes à Picadilly Square. On retrouve toute la clique à China Town, ce soir on mange des Dim Sums et autre Momo …….. mmmmmmmmmmm

Les hommes du bord apprécient les tenues exotiques des anglaises.

Marin du jour – Julien

Sailing to London 2012 – J1 – Nieuwpoort – Queenborough

La société de location m’ayant empêché de partir durant la nuit, c’est après un réveil douloureux car trop matinal pour un jour de vacances, que nous larguons les amarres. Une grosse marche-arrière pour sortir de l’emplacement, et les 10 équipiers de SeaLord hissent  déjà la grand voile. Le gênois est déroulé un demi mille plus loin et le moteur coupé avant la sortie de l’estacade.

Comme prévu, les premières heures s’avèrent pénibles, le vent souffle à 20 noeuds de Nord-Est, et les zigzag entre les bancs de sables ont raison des premiers estomacs. Il y a tout de même 5 novices à bord ! Tout le monde retrouvent des couleurs à l’approche de Margate, dont on longe les falaises. La marée descendante nous force à faire des petits détours pour éviter des bancs de sables de plus en plus menacants. Les cartes du loueurs ne sont pas les plus récentes, et le balisage indiqué ne correspond plus à la réalité.

On s’émerveille devant les éoliennes, les bunkers flottants construits pendant la Seconde Guerre, les nombreux cargos. Ouf ! On arrive 5 min avant le coucher du soleil à Queenborough. Je prends le coffre (bouée à laquelle on amarre le bateau pour la nuit) en marche arrière, petites inquiétudes partagées, sera-t’il assez résistant pour notre Sun Odyssey 49 ? Sommes-nous trop près des autres bateaux ?

Saucisse purée compote – dodo – demain on se lève tôt ! On va à Londres en voilier !

J’oubliais, c’est Seb T le marin du jour !

Préparation Navigation Nieuwpoort –> Londres

Les journées rallongent, le printemps se fait sentir, il est grand temps de naviguer. Première nav grande classe pour cette saison, on va à London ! Avec dix amis, on loue un Sun Odyssey 49 au départ de Nieuwpoort. Rassembler l’équipage a été d’une facilité étonnante, j’ai malheureusement dû refuser 4 équipiers !

Deuxième étape, préparer cette navigation. J’adore Google Maps, cela permet de voir des passages dingues, par exemple The Swale au sud de Elmley. J’ai aussi trouvé Smallgains Marina, à l’ouest de Convey Island, mais j’ai un doute qu’on puisse y accéder/rester par marée basse.

Je poste ma question en ligne
http://hisse-et-oh.com/forums/navigation/messages/1107908-smallgains-marina

Car je n’ai rien trouvé sur les autres discussions de mon forum préféré
http://www.hisse-et-oh.com/forums/forums-techniques/messages/706117-ramsgate-london

Une autre manière de préparer la nav de ces 5 jours, ce sont les cartes et le guide Imray que j’ai reçu de Maurice. [La star de ce blog si vous lisez les posts de la transat !] L’estuaire de la Tamise est fort encombré, bancs de sable, bouées lumineuses en pagaille, traffic, chenaux principaux et secondaires qui s’entrecroisent. Bref, c’est chaud !

Le programme idéal, on arrive via la pointe de Ramsgate, on passe par The Swale, un petit passage étroit au sud de Sheppey Island (magnifique mais très peu profond). On fait une halte dans Medway River, on rechope la marée montante pour parcourir les 35 MN de la London River jusqu’à Sainte Katherine (http://www.skdocks.co.uk/  le site est nouveau et dingue), j’ai déjà réservé notre emplacement pour la nuit du 6 avril. J’espère que la vue de Tower Bridge depuis le pont de Sea Lord (le nom du 50 pieds) impressionnera l’équipage. Personnellement je suis encore plus excité par la suite du programme !

Lien vers Medway River, The Swale, Queenborough, …

L’estuaire de la Tamise avec les étapes rêvées / espérées.

La suite du programme, Canvey Island et peut-être SmallGains Marina (finalement pas assez d’eau), ensuite Burnham-On-Crouch où je n’ai jamais été. Le nombre de marinas dans ce coin là est absolument ahurissant, cela risque d’être très joli.

Tower Bridge à 200m de Saint Katherine !

La préparation de la nav, n’est pas encore finie. Je n’ai presque pas parlé des distances, mais bien plus important, les marées et les courants. Le défi sera d’être à 9h30 (UTC) à l’embouchure de London River (là où la ligne rouge et fuschia se rejoignent) le vendredi 6 avril. Départ le 7 avril vers 14h15 (UTC) (parfait pour le dessert en redescendant la rivière…). http://www.skdocks.co.uk/locking-times-april-2012/

@ bientôt sur l’H2O !