Archives du mot-clé Tikehau

13 dec – Courses de Noel

Tikehau navigue entoure d’animaux.
Des poissons volants par centaine, dont un petit de 4-5 cm qui s’est ecrase sur notre pont.
Quelques dauphins en pleine chasse au loin. Sautant bien haut au dessus des vagues. Un fou de bassan a la recherche de son repas de midi.
Deux sternes tournoyant autour de notre embarquation, jouant avec le devent de la grand voile. Une dorade faisant surface juste a cote de notre coque.

Dans 200 MN nous serons a la Barbade. Nous en avons parcourru au moins 4000 depuis la Bretagne. Ce dernier effort se finira lundi, le cagnard ne le rend que plus dur. Imaginez vous prendre un coup de soleil a 8h du matin !!

Puisque j’imagine que vous etes en train de preparer Noel, voici notre liste pour le pere Noel. – Steak sauce au poivre frites
– Bonbons tapis rouge acidules
– 300L d’eau douce avec un bon pommeau de douche
– un matelas avec sommier et des draps secs non sales
– Un peu d’air conditionne
– 5h de courant 220 V (pour charger appareil photo et autres) – vetements propres sentant la vanille
– 3h de femme/homme de menage pour nettoyer l’interieur du bateau (rajouter de l’eau douce pour ce nettoyage)

Position a 14h TU-3 (18h a Bruxelles) le 13 decembre
14N18,3′
56N26,3′
Cap 240
Vitesse 5 kts sous spi assymetrique
Distance Bridgetown Barbade 200 MN – soit 120 MN les dernieres 24 Heures.

P1220004.JPG

12 dec – 20 noeuds de nord et des grains

Ah, vous vous souvenez de la deprime de hier. Le dieu des vents nous a ecoutes, on a eu 20 noeuds de ENE (Est Nord Est) toute la nuit. Resultat on a tres bien progresse, plein ouest. Il nous reste 320 MN aujourd’hui. En prime on a pu resortir les cirres car il y a eu pas mal de grains. La nuit a l’interieur a du coup ete pas trop bonne, mal dormi… Le reveil plein de courbatures, les yeux embues. Entre autres vers minuit, Theo me reveilla pour m’avertir d’un enorme grain noir qui fondait sur nous. On empannait sur le champ pour l’eviter, mais le vent est quand meme monter jusqu’a 30 noeuds (7 bft) pendant un bon quart d’heure.

On continue au cap 280 tribord amures jusqu’a samedi soir. Le vent faiblira jusqu’a 12 noeuds, et basculera ESE (Est Sud Est). Tikehau empannera a ce moment la, et nous terminerons notre transat babord amures en faisant une route plutot sud vers Bridgetown a la Barbade. Arrivee prevue lundi 15 decembre. Nous serons au mouillage pendant 2 jours avant de reprendre notre chemin jusqu’a la Martinique (il restera 24 heures de navigation).

Le soleil tape sec, ceux qui viennent aux Antilles … N’oubliez pas de prendre de la creme solaire en abondance.

Si la memoire est bonne, ce soir c’est vendredi. Alors on se permettra une petite fete a bord. L’equipage a decrete 2 heures d’apero vu qu’on a change d’heures pour etre plus en phase avec le soleil. Il y a maintenant 4 heures de difference entre Paris et l’heure Tikehau.

Position a 14h00 TU-3 le 12 decembre 2014 (on a change d’heure encore une fois) 14N31,1′
54W21,6′
Cap 290
Vitesse 5 kts
Distance Barbade 320 MN – soit 137 MN les dernieres 24 heures.

11 dec – Le temps se fait long

Il y a des journees ou pas grand chose ne vous sourit. Evidemment, on plaint plus ceux qui changent de metro a Chatelet (Paris) ou Arts-Loi (Bruxelles). Mais quand meme. Le vent ressemble plus qu’a une petite brise, mais la houle est forte. Cela suggere qu’il y a une depression plus haut. Ce qui nous embete c’est que la houle empeche les voiles de bien rester gonflees. Du coup, ca tape, ca fait du bruit. Le pire, on progresse lentement mais pas du tout sur le bon cap car le vent n’est pas assez puissant et vient pile de derriere. Soit on fait du 310, soit on fait du 240… alors qu’on aimerait faire du 275 …. bref…

Ajouter cela un sentiment de fin de traversee… Le repas de ce midi etait infecte… (je ne juge pas du tout le cuisinier par ailleurs qui a fait de son mieux). Il fait trop chaud, il y a trop d’algues pour pecher, trop de houle pour se baigner… Presque envie de retourner au metro !!

Position le 11 decembre a 14h50 TU-2
14N25,7
51W55,2′
Cap 310
Vitesse 4,5 kts
Distance Barbade – 457 MN – soit 113 MN les dernieres 24 heures… La galere !!!

10 dec – Le décompte commence

L’impatience monte a bord, sauf mésaventure, nous serons lundi 15 decembre, apres 17 jours de mer, a la Barbade. On parle tous de ce qu’on fera une fois arrive. Internet étant une des premières choses sur la liste… On n’a que peu de nouvelles de vous terriens qui nous suivez … Ce soir nous entamons le dernier roulement de quart. J’abandonne mon quart 2h – 6h du matin pour le quart 8h – 12h… Et bien contrairement à ce que vous pouvez pensez; j’en suis plutot triste, les étoiles, la lune, les astres vont me manquer. Le temps est plus couvert, il y a quelques grains de pluie autour de nous mais il fait toujours trop chaud. Lorsqu’un grain passe la nuit, on perd sa tranquilite. Le vent peut subitement tomber a 5 noeuds, comme il peut monter a 25. Bien souvent il fait l’un, puis l’autre… au plus grand bonheur de nos nerfs.

Au moment de finir le repas hier soir, un poisson volant est passe juste au dessus du cockpit de Tikehau. Quatre semaines apres notre avitaillement a Tenerife, il nous reste des citrons, pamplemousse, orange, et courgettes en parfait etat. La pata negra procure de la bonne viande, et tout le monde se demene pour preparer des patisseries pour le dessert. Chaque jour on prepare aussi un pain.

Mano se revele pleine de resources. Ayant perdu notre dernier hamecon, elle en a fabrique un avec des lichettes de conserves et de canettes. On vient de le mettre a l’eau et croisons les doigts pour que cela marche.

Position a 14h50 TU-2
14N00,7′
49W55;1′
Cap 310 (mais on va probablement empanner bientot)
Vitesse 5,5 kts
Le vent mollit un peu, du coup la moyenne baisse.
Distance de Bridgetown – Barbade – 570 MN, soit 124 MN les derniers 24 heures.

9 dec – Encore 692 MN jusqu’a Bridgetown

On pourrait croire que les jours se ressemblent, mais chaque instant est different. Au cours d’une meme journee, d’innombrables variations de vent, de mer ou d’ensoleillement peuvent ameliorer ou pourrir votre journee. Par exemple en ce moment, nous ne pouvons faire route directe sur la Barbade car le vent vient trop de derriere. Nous tirons par consequent des bords au grand largue. Et bien, ce matin, le vent a tourne de E a SE, et pendant 2 heures, nous etions sur la route directe, pleine Ouest. Cela met tout de suite de bonne humeur !!

Cette nuit, nous avons revu des bateaux autour de nous. Cela faisait longtemps. A 4h30 du mat je vis une lueur a l’horizon. A y regarder de plus pres, il devait s’agir d’un bateau moteur de moins de 50m (du moins ce que ces feux indiquaient). Un peu etrange en pleine mer car ce n’est ni un cargo, ni un pecheur, ni un bateau de croisiere. Il n’y avait aucune raison de s’inquieter, le bateau etait sur l’AIS (automatic identification system) et avait change son cap pour nous eviter. Manatee, un remorqueur de 28m de long passait 2 milles derriere nous quelques instants plus tard.

Cette transat ne sera pas bonne pour mes arteres… Je renomme affectueusement mes amis bretons ici a bord Mr. Creme Fraiche, Mr. Beurre, et Mr. Double Beurre… Non mais, faire revenir du bacon dans du beurre… Mano m’annonce deja le regime auquel j’aurai droit une fois de retour a terre.

Avoir fait plus de la moitie du chemin, on sent l’impatience de l’arrivee monter en nous. On sent aussi une discipline assoupie. Ainsi je me suis autorise vendredi et samedi 2 bieres au lieu d’une biere reglementaire… (il nous en reste assez). Aussi, meme s’il on n’a pas beaucoup d’eau, certains equipiers se sont rinces les cheveux a l’eau douce aujourd’hui…

Si nous marchons fort, on arriverait dimanche 14 en fin de journee, mais selon toute vraisemblance, on sera plutot lundi 15 decembre au mouillage de Bridgetown. Jusqu’a present, nous avons eu beaucoup de chance. Aucune casse materielle, aucune situation meteo perilleuse…

Position a 15h le 9 decembre ( TU-2)
14N28,8′
47W50,7′
Cap 264
Vitesse 6 noeuds
Distance de Bridgetown, Barbade – 692 MN. Soit 132 MN en 24 heures.

PS Ce mail a ete retarde a cause d’un probleme (resolu??) avec notre telephone Iridium (Sattelite) – pas d’inquietude si vous ne recevez plus de nouvelles, on a encore une balise de secours et une radio VHF en cas de problemes !

8 dec – Ocean d’algues et steak frites

Depuis 3-4 jours, nous traversons des milliers (millions ??) d’algues, agglutinées en paquet allant jusqu’à former des plaques de 10 mètres sur 5. Un territoire au moins aussi grand que la France au milieu de l’Atlantique est donc recouvert de ces algues. Je n’ai jamais vu cela et je ne sais d’où elles viennent. Quelqu’un pour nous éclairer? (note: il s’agit de la Mer des Sargasses)

On rêve haut et fort d’un bon steak, ou d’un canard a l’orange. Encore 7 jours et nous serons – sauf contre temps – a la Barbade. Gabi fait des miracles avec les restes. Hier soir, Mno et moi avions l’impression d’être en Malaisie, de manger du riz avec une préparation massala. Il fait franchement chaud, TROP chaud. Le soleil cogne cogne cogne, et heureusement que Tikehau est équipé d’un Bimini, un au-vent qui recouvre le cockpit pendant la journée.

Position a 14h50 TU -2 (17h50 a Paris) le 8 decembre
14N25,6′
45W31,4′
Cap 300
Vitesse 5 noeuds
Distance Barbade 824 MN – soit 115 MN en 24 heures. On devrait y être pour le lundi 15 décembre. Nous croisons évidemment tous les doigts que rien de fâcheux n’arrive d’ici là.

Bonne journée à tous

P1210888.JPG

P1210891.JPG

7 déc – Douce vie bord avec 4 hommes – perception féminine

Message de Mano, la femme du bord:

Que la vie est douce a bord avec 4 hommes !

Lorsque je prends mon quart le matin a 8h, la journée commence par un défilé de gymnastique (abdos, pompages et autres) et stretching divers par trois des quatre hommes en slip/ maillot de bain sur l’avant du bateau. Me voila donc bien reveillee !

Que la vie est douce a bord en regardant la quantite de poiles de torses ( ?) masculins a peu pr partout sur le bateau, meme dans des coins les plus improbables ! Malgre mon petit coup d’eponge regulier, il me semble que des poiles masculins ont la capacite de s’autoregenerer. Je declare donc la premiere culture de poile humains ouverte (et sur un bateau en plus !).

Qu’il est bon de naviguer avec 4 hommes : la vaisselle du petit dejeuner qui traine dans l’evier jusque midi, des paquets de pains, biscuits et autres entames a decouvrir dans des endroits differents tous les jours, la bouilloire remplie d’ea chaude qui siffle depuis 10 min mais personne pour venir eindre le gaz !

Des hommes qui declarent sans rougir qu’ils ne se sentent pas sales apres 10 jours sans douche !

MAIS, qu’est-ce que j’apprie alement d’avoir de la gite ! Gre cela la planche des WC reste en permanence baissee (qui peut pretendre avoir ca a la maison ?) !

Je suis egalement devenue incollable sur le moteur et le circuit electrique du bateau.

Que la vie est douce a bord avec 4 hommes, surtout l’heure de l’apero et de notre petite biere quotidienne au coucher du soleil (quoique je suis peut-etre la plus grande consommatrice de biere bord, le coca-cola etant un concurrent direct pour certains equipiers).

Quel bonheur d’etre avec 4 hommes a bord qui ne prononcent pas le mot regime toutes les 3 phrase : vive le grignotage sans complexe (jamon a 5 heures du mat, soupe vermicelles japonnaise a 3h du mat, bonbons bonbons bonbons) !
C’est un vrai festin gastronomique et creatif (puree aux anchois hier soir) que je peux savourer tous les soirs ! Et c’est encore plus apprecie quand on a pas du le cuisiner !

C’est une experience que de partager ces quelques semaines de navigation avec 4 hommes, c’es
t instructif, c’est appaisant, cest amusant, ca laisse des traces, et surtout de bons souvenirs !

3 dec – rencontre au milieu de l’ocean

Etrange rencontre que ce ketch battant pavillon allemand. On l’a croise hier 16N48,8′ 33W31,7′ a 17h37 TU-1. En les appelant a la vhf, le capitaine d’Argonavis (?) raconte qu’ils font egalement route vers la Barbade. Il continue son histoire en expliquant qu’ils sont partis mardi (!) de Mindelo au Cap Vert. Pour rappel Tikehau a quitte le meme port 3 jours plus tard.
L’Argonavis a rencontre une petole seche en direction du Bresil et a donc decide de changer de cap et de direction. Adios Brasil, Hola Barbados. Le petit hic a ce plan est que le navire fait un mauvais cap… Alors que nous progressions au 290, le ketch allemand progressait au 220 !! Le capitaine s’en est plaint. Son bateau ne pourrait tenir un cap plus abattu…

La journee de hier fut chargee pour le skipper de Tikehau. Lever a 5h du matin pour un quart jusqu’a 9h. Ensuite apres avoir ete releve par JM, un pamplemousse pour le petit dejeuner. Nettoyage pont et toilettes. Quelques sudokus et la fin du livre Triangle de Ken Follett. S’en suit la preparation du taboule pour le midi, puis la redaction du billet de hier (2 dec), suivi par nettoyage en profondeur de la cuisine. Cours particulier pour Mano, sujet du jour le moteur. Nous avons d’ailleurs rajoute un peu de liquide de refroidissement. Apres apero et repas, et vu le changement des quarts, nouveau quart de 20h a 24h… meme pas eu le temps de faire une sieste. C’est presque la pleine lune et elle nous eclaire incroyablement bien durant la nuit. On pourrait presque lire un livre sur le pont.

Les conditions sont toujours tres bonnes. Pas certain d’avoir beaucoup a manger, mais heureusement on progresse bien. Gabi a decide que dans un cas extreme de derive prolongee, si l’on devait avoir recourt a l’antropofagie, JM presentait la meilleure option a sacrifier en premier vu son grand gabarit et appetit. Au grand rire collectif.

On touche du bois pour que tout continue de fonctionner correctement. On a installe le panneau solaire de secours (90W) qui sert a charger un peu les batteries (voir le billet detaille de hier).

Position a 14h20 TU-1
17N26,1′
35W35,7
Cap 240 (on a empanne a l’instant)
Vitesse 5 kts
Distance Barbade 1414 MN – On a donc avance de 133 MN les 24 dernieres heures.

2 dec – Bilan electrique de l’Oceanis 37 en transat

Recapitulons. Nous sommes 5 sur Tikehau, un voilier de 11m modele Oceanis 37. Pour l’instant, nous sommes 700km a l’ouest du Cap Vert. On fait route vers les petites Antilles qui se trouvent a 3200 km devant notre etrave. On est parti le 19 octobre 2014 de Bretagne, plus precisement du Crouesty dans le Morbihan. Les escales jusqu’a present ont ete La Corogne (Espagne), Vina do Castello, Lisbonne et Madere au Portugal, Tenerife et la Gomera (Iles canaries), Sao Vicente et Santo Antao (Cap Vert).

Theo et Gab qui sont a la base de ce projet travaillent a un reportage sur les iles de l’Atlantique en 7 mois. Ils analysent comment les iliens utilisent leur environnement particulier a leur avantage. Gab se concentre sur les ressources marines, Theo sur les ressources terrestres. Jean-Michel est un ami du papa de Theo (Benoit, par ailleurs heureux proprio de Tikehau) et renforce l’equipage pour cette transat aller. Mano et moi sommes la pour skipper le voilier. Et on a rencontre Benoit via internet.

Bon, comme vous le savez, notre hydrogenerateur ne fonctionnera pas durant ce voyage. Vu que nous ne pourrons utiliser cette energie renouvelable, on chargera les batteries grace a l’alternateur du moteur Yanmar 29CV du bateau. Afin d’avoir une bonne compréhension de notre consommation electrique, Mano a fait un bilan electrique de notre consommation extrêmement modérée à bord.

Bilan électrique

Pour commencer un peu de vocabulaire.
La tension (U) s’exprime en Volt (V).
Le courant (I) s’exprime en Ampère (A).
La puissance (P) electrique s’exprime en Watt (W). La puissance égale à la tension fois le courant (P= U x I).
A bord de voiliers, on utilise souvent le courant pour décrire la puissance ou consommation instantanee d’un instrument. Le pilote automatique consomme 8 A… En fait il faut dire, il consomme 96 W (12V x 8A = 96 W).
La consommation totale (sur une journee par exemple) s’exprime en Watt-heure. 1 Watt pendant 24 heures = 24 Wh. Sur un bateau on utilise Ampere-Heure, la tension étant toujours 12V…

Tous les instruments electriques du bord sont alimentés en 12 Volt depuis 2 batteries avec une capacité de 100 Ah (Ampere-heure). Chaque jour, nous consommons approximativement 90 Ah d’energie électrique. Cela equivaut a 1080 Wh (Watt-heure), ou 1,08 kWh. Les plus gros consommateurs sont le frigo (20 Ah par jour) et le systeme de navigation de base (loch, sonde, repetiteurs – 36Ah par jour) car il est tout le temps allume. Le pilote automatique (8A) et le chargeur de l’ordinateur de bord (4A) consomment beaucoup, mais on les utilise tres peu.

Autres donnees intéressantes. Les lampes LED a l’interieur consomment 0.1 A, tandis que les lampes spot halogene (cabine arriere tribord) consomment 1 A… Le feu de route LED en tete de mat consomme 0.5 A… les feux de route d’origine au niveau du pont 5.2 A !

Si on voulait vivre de maniere plus confortable a bord, le frigo tournerait plus et on utiliserait enormement le pilote. Il nous faudrait alors 220 Ah par jour. On a calcule qu’il faudrait des panneaux solaire d’une capacite de 700 Wp (Wp = Watt peak ou Watt crete), soit quasiment 4 m2 pour couvrir quotidiennent une telle consommation.

Nouvelles du bord

Toujours delicat de donner des nouvelles. Surtout que ce blog est le seul canal utilise pour communiquer avec nos familles pendant les presque 3 semaines de traversee. Un mot, une phrase peut etre tres facilement mal interprete… Resultat des courses on s’imagine des catastrophes a terre alors qu’en mer tout baigne.
Justement, tout baigne ici. L’equipe est tres disciplinee concernant la consommation d’eau. C’est tres bien. Leur peche mignon est plutot le grignotage. Un gateau par ci, un morceau de fromage par la, du jamon espanol par ici…
Chacun prepare a son tour le repas et fait la vaisselle ensuite. J’observe des differences entre la cuisine francaise et la belge. Cote francais (du moins a bord), on choisit des oeufs, de la creme fraiche, du beurre (du beurre du beurre). Cote belge, on tient a sa cerveja (biere) chaque jour et on est plutot ail ail ail.

JM a prepare un FAR breton (oeufs, creme, beurre etc…) avec des prunaux. Gabi veut nous rappeler qu’on est en hiver et choisit en general des plats a base de pomme de terre.

Les conditions sur zone sont toujours excellentes. 15 noeuds de NE, et nous filons vers le but. On est deja quasiment a 25% de la distance !

Position a 14h15 TU-1 (heure capverdienne)
16N44,0′
33W11,4′
Cap 300
Vitesse 6,5 kts
Tikehau se trouve a 1547 MN de la Barbade. Notre prochaine escale est donc 139 MN moins loins qu’il y a 24 heures.

29 nov – Conditions molles pour commencer

Difficile de maîtriser nos emotions au moment de notre depart devant nos amis ce vendredi. Un cafard inexplicable nous envahit, alors qu’ils agitent les bras et que Tikehau s’eloigne. On espère les revoir aux Antilles ou en Bretagne. Dans le chenal entre Santo Antao et Sao Vicente, l’alizé accélère (effet venturi) jusqu’a 25 noeuds. On trace en compagnie de 5 autres voiliers qui ont également quitté Mindelo cette apres-midi.

Alors qu’on fait 2 heures au moteur sous le vent de Santo Antao, Theo et Gab nous préparent du poisson achete au marche. Ce qui est sur c’est qu’ils savent bien cuisiner, maintenant il ne faut plus que pêcher.

Pour ces premiers jours de nav, le vent est bien calme, une dizaine de noeuds de Nord- Nordest. On avance a une vitesse entre 4 et 6 noeuds. Des conditions idéales pour se remettre dans le bain avec notre escale de 5 jours au Cap Vert. La nuit a été fort calme.

Position a 14h22 TU-1 (soit a l’heure du Cap Vert, il est 16h22 en Belgique) 16N32,5′
26W50,7′
Cap 280
Vitesse 4 kts
Distance Barbade 1911 MN – on espère y etre pour le 16 décembre

22 nov – 6ème jour – Opération Bricolage

Les alizés sont la, on les sent ! Les alizés (Tradewinds en anglais) sont des vents plus ou moins constants qui poussent les voiliers de l’Afrique vers les Antilles. La navigation est donc agréable et cela commence franchement à chauffer.

La mise en place fut pénible , hier soir, le vent a progressivement tourné de l’ouest vers le nord et molli en consequence. On a multiplié les manoeuvres sur le pont. Allumé , éteint le moteur… ah ces vents irréguliers . Cette nuit, des étranges traces de photoplancton se dessinaient autour de Tikehau. Elles progressaient a toute allure, disparaissent, 2 ou 3 en parallele, zigzagzaguant…. Je mis un instant a comprendre qu’il s’agissait de dauphins s’amusant avec notre vague d’etrave. Ils sont restés la pendant une petite heure.

Ce matin, c’est bricolage dans tous les sens. Théo et Gab ont envoyé le spi 3 fois en une heure, une fois a tribord puis 2 fois a babord. JM expérimente avec le frein de bôme , vêtu de seulement de son maillot.
Mano et moi meme essayons de résoudre le probleme de l’hydrogénérateur. Cette petite turbine qu’on glisse dans l’eau qui devrait produire l’électricité necessaire au bord. Cependant, la fiche qui connecte la turbine au convertisseur AC DC a été mal remontée lors des précédentes (tentatives) de réparations . Je crains que nous ayons besoin d’une nouvelle fiche ainsi que des pines pour connecter le tout.

Petit problème , on n’ avance pas du tout sur la route directe vers Mindelo au Cap Vert, on pense toujours y arriver lundi 24 nov. On devra repartir le 28 au plus tard pour être le 20 decembre en Martinique au Marin.

Position a 10h50 TU le 22 novembre
18N58,2′
21W32,8′
Cap 279
Vitesse 5,5 kts
Distance de Mindelo – 230 MN

19 nov – Troisième jour vers le Cap Vert – Les Quarts

Bonjour,

En ce mercredi 19 novembre, nous filons plein sud a 6 noeuds. La vie bord s’organise. On est au pres depuis 2 jours alors on espere que le vent va basculer rapidement Nord, comme cela on pourra faire route directe sur le Cap Vert – Mindelo.

On est a 180 MN du Cap Blanc en Mauritanie, a plus ou moins 100 MN de la cote la plus proche. Cette nuit fut plutot calme, 2 voiliers a notre babord, et quelques eclairs a notre tribord. En ce moment, un IMMENSE grain bien noir est a notre tribord, probablement le meme que cette nuit, il se rapproche tout doucement mais peut etre passera t on encore juste devant.

Les quarts a bord sont organises de la maniere suivante

20h – 24h Jean Michel
23h – 3h Theo
2h – 6h Gabi
5h – 9h Mano
8h – 12h Miguel

Je vous entends crier a l injustice, ne vous inquietez pas, demain soir on change tous d’horaire… on passera donc tous par les quarts dits difficiles en milieu de nuit. Pour les repas, on y passe chacun notre tour aussi. Je suis peu vernis aujourd’hui car c’est a moi a preparer a manger et cela bouge plutot.

J’ai appris a l’équipage à ne pas se servir du pilote pour chaque pause café en milieu de nuit, cela a bien marché. La nuit précédente, pilote au moins 10 fois (donc j’étais réveillé 10 fois), cette nuit ci, pas une seule fois. Le bateau tient plutôt bien sa route tout seul au près.

Mano écoute les chansons du film Everything is Illuminated, souvenir de sa première croisière en 2009 en Croatie. JM ecoute du Vivaldi breton à tue tête dans son casque. Theo lit un ouvrage sur Porto Santo, et Gabi essaie de travailler sur son PC. Pour ma part je viens de finir les Lions du Panshir de Ken Follet sur la liseuse.

Position le 19 novembre a 11h08 TU
24N22,0′
17W57,3′
Cap 185
Vitesse 5,5-6 kts
Disance de Mindelo 595 MN (1 MN = 1.852 km)

J’avoue tout et bruits a bord

C’est bon, j’avoue tout. OUI, tous les marins passent par des pensees, qu’est-ce que je fous ici? On se promet tous a un moment ou l’autre que celle-ci est la derniere. La der ders ders !! Plus jamais je remets les pieds sur un bateau. Quand est-ce que cela me prend? Bien quand j’ai 2 equipiers malades, qu’il fait froid, que le vent souffle mal, que la mer est mauvaise et croisee, quand j’arrive pas a lire un livre parce que cela bouge trop, quand faire une quiche signifie renverser tout par terre, quand je dois me lever a 5h du mat pour prendre mon quart sous la pluie, quand je dors 5 fois 20 min par jour… Ma bonne-maman adoree me dit plus ou moins chaque fois que je la vois – on est mieux sur le plancher des vaches !

Bon, j’avoue, si j’ose vous ecrire ces pensees, c’est qu’elles sont forts eloignees en ce moment. La magie de la voile opere. O combien j’etais heureux au moment de defourner ma quiche reussie ce samedi soir, de voir Tikehau qui glisse qui glisse sous l’oeil attentif de la lune. La mer s’est bien rangee depuis hier, c’est plus confortable. Faut plus que les barreurs fassent le bon cap. 230 et pas 260 par paresse. Comment leur dire 100 fois en restant calme? La on a un challenge.

Bruits

Le jeu qui m’occupe le plus la nuit, c’est la chasse au bruit. On repere un bruit enervant, frustrant, agacant, percant, en suite il faut comprendre d’ou il vient, puis il faut l’eliminer. J’en suis a 3 cette nuit. 1. toc toc toc toc toc
Bon, c’etait facile, c’est la bouteille de rhum et celle de porto (non entamees aucune des 2 – sauf un tout petit peu pour des bananes flambees de JM) qui s’entrechoquaient depuis qu’on a empanne.

2. kling, kling, klinging, klinging, kling
Le mousqueton de la longe de JM qui touche la barre a chaque coup de volant…

3. puk puk puk puk
Plus dur celui ci, j’etais content de l’avoir repere et compris exactement ce que c’etait avant meme d’aller voir. Dans le coffre avec le radeau de survie (BIB), une bouteille de liquide de refroidissement qui n’etait pas calee, a chaque coup de roulis, PUK. c’etait regle en la calant avec une bouteille d’eau vide…

Vous pensez que je suis le seul a jouer ?? Que neni. 6h du matin – Mno et Theo qui sont censes dormir jusqu a 8h se retrouvent dans le carre pour chasser le bruit de la bouteille d’huile d’olive contres les plaques… ah je vous disais. Et puis il y a tous les bruits qu’on ne peut eliminer, ces vagues qui splashent contre la coque, l ecoute du genois qui frappe contre le pont, le vent qui siffle dans les haubans…

Sur ce, le vent a bien molli (ou moli?) cette nuit, du coup on va lacher le 2eme ris. Finalement on ne l’a pas lache, bien nous a pris, le vent est reparti de plus belle a 20 noeuds.

On arrivera demain a Madere – marina quinta do lorde, a la pointe est de l’ile principale. Cette nuit un paquebot de croisiere nous a depasse, a 20 noeuds direction Funchal… mais ou est le fun?? Ah oui le Watt&Sea ne fonctionne pas mais les batteries tiennent du tonerre. Va falloir trouver une solution a Madere avec l’electronicien Jean-Baptiste.

Position a 11h30 TU
34N15,5′
14W35,0′
Vitesse 6 noeuds au 180.
Distance jusqu a Madere – 140 MN – On est situe a la hauteur de Rabat au Maroc.

Conditions, vent de NE 20 kts, mer un peu agitee mais grand soleil. Les malades ont l’air d’aller un peu mieux. Tout le monde dort mieux la nuit, du coup cela aide.

Bonne journee a tous, ici c’est le roulis garanti ! Et Mno vient d’enfourner un cake.

Mer agitee cela existe

On aurait pu croire jusqu’a hier soir que cette transat serait un jeu d’enfant. Un bon grain cette nuit est venu nous rappeler que la mer est inpitoyable. Il etait exactement 5h11 quand JM a crie – Miguel – le temps d’enfiler mon cire et mon gilet, j’etais sur le pont pour rouler du genois et prendre 2 ris dans la GV. Un nuage orageux avait rattrape Tikehau, et cela soufflait maintenant a 25 noeuds. Notre voilier partait au loffe… Avec Gabi en pied de mat, JM au piano et moi a la barre, nous avons donc effectue ces manoeuvres alors que ciel etait illumine par quelques eclairs. Cette piqure de rappel, va me servir a etre encore plus stricte quant aux regles, attache sur le pont, lampe de poche sur sois la nuit, vaisselle rangee etc…

La nuit fut aussi animee par quelques cargos qui passerent parfois a moins d’1MN de Tikehau.

La journee de vendredi avait jusque la ete fort calme, au moteur entre 9h20 du matin et 22h, un spaghetti bolo maison prepare par moi meme comme repas du soir, et des premiers sudokus faits pour tuer le temps.

Aujourdhui, samedi 1 novembre, la mer est fort agitee, mais le vent plutot raisonable, une quinzaine de noeuds. Theo nous prepare le dejeuner, Mno a la barre, et les 2 du quart 2h a 8h du mat sont en train de dormir.

Position a 12h TU
35N56,9′
13W31,8′
Cap 240
Vitesse 6,5 noeuds

Nous sommes a 250 MN de Madere et sa marina. Arrivee toujours estimee pour Lundi 3 octobre. Nous y passerons 3-4 jours, Theo et Gabi ont des interviews prevues afin de mieux comprendre les contraintes des milieux insulaires.

Ne ratez pas le depart de la route du rhum demain, Saint-Malo – Point A Pitre !!!

bonne journee

Nuit agitee et route directe

Bonjour,

Tikehau a quitte Lisbonne hier matin (jeudi) a 10h. Le vent est rentre du SE vers 15-16h, pour monter jusqu’a 20 noeuds etablis au milieu de la nuit. Le tout dans une mer plutot desorganisee a laquelle 2 estomacs n’ont pas resistes. L’Oceanis 37 progressait plutot bien sous GV 1 ris et GN roule. La mer deferlait un peu, et quelques embruns n’ont pas manque de mouiller l’equipage.

Durant la journee de hier, une epidemie de mouche a contamine notre voilier, un massacre en regle a ete organise.

Les nuits sont maintenant differentes, car la lune nous accompagne jusqu’a minuit, du coup on y voit plutot clair. Autre donnee interessante, cela fait 12 jours que nous sommes partis, et nous n’avons toujours pas eu une seule goutte de pluie.

Position a 12h30 TU (temps universel) – 31 octobre 2014
37N23,7′
11W24,8′
Cap 225
Vitesse 4,7 noeuds au moteur.

Le vent va rentrer par le nord d’ici la fin de la journee, on pourra alors progresser sur la route directe a 6-7 noeuds. Il reste 385 MN jusq’a Madere. Arrivee prevue lundi a Madere – Marina Quinta Do Lorde.

A bientot,
Miguel

Petole Molle le long du Portugal

Nous avons quitte La Corogne le jeudi 23 octobre a 10h00 TU+1. Le vent n’etait pas au rendez-vous. Theo et Gabi ont donc, au grand bonheur de nos tympans, pris leurs intruments (clarinette et piano melodica) et joue des melodies pendant plusieurs heures sur le pont, couvrant ainsi le ronronnement de notre moteur. Mno se prelassait dans le lazy bag en lisant sur sa liseuse. Pour ma part j’entamais les premieres lignes de « du sang sur abbey road ».

Une petite cinquentaine de milles nautiques (rappel 1MN = 1.852 km) nous separait DU cap mythique de cette transat, le Cap Finisterre.

Pendant l’apres midi, une legere brise a pousse Tikehau une demi heure a 3 noeuds, juste le temps d’attraper 2 macqueraux a la ligne pour le festin du soir concocte par JM. L’equipage s’est deja resolu a ne pas faire route sur Madere. Nous brulons du fuel et une nouvelle escale, Portuguaise cette fois, est necessaire.

Vina Do Castello fut l’heureuse elue vers midi le 24 octobre. Cette ville de pecheurs a mi-chemin entre Vigo et Porto nous a surpris par son charme. De petites ruelles sans voitures, paisibles, et des cafes partout. Pour 2 cafes, vous paierez 1.40 eur ! Apres ce court intermede de deux heures, nous avons repris notre route. L’ete indien est la, il fait chaud, presque trop. Theo, Gabi et JM se sont meme baignes, oubliant qu’un bateau avance…

Alors que nous etions deja resignes, une brise du nord nous a permis de tenir les voiles pendant 8h, progressant meme au debut sous spi a plus de 7 noeuds. Pendant la nuit de vendredi a samedi, comme toutes les nuits depuis le depart, des dauphins ont joue avec l’etrave de Tikehau.

Nous ferons escale demain matin a Lisbonne pour 2 jours au moins. Le vent absent nous oblige a reprendre du fuel et puis l’idee de visiter la capitale portuguaise excite tout le monde.

Position 13h30 TU+1 le 25/10
039N57′
009W16′
Vitesse 5,4 au moteur
cap 190 – on doit eviter peniche et nazare et leurs vagues deferlantes pour surfeurs

PS Pour raisons techniques, il n’y a pas d’accents dans ce post.

image

image

image

image

Récit vidéo – le Crouesty jusqu’à la Corogne

Petite vidéo de notre golfe de Gascogne !
Malheureusement les dauphins ne sont filmés que de très loin, mais on les a vus de très près !!

dégolfage en douceur

L’apres-midi de ce lundi 20 octobre connu 3 événements majeurs. Nous avons d’abord déversé 3 jerrycans de fuel dans le rervoir, ensuite, Gabi remporta la première partie de Tarot de cette transat et enfin, nous avons reçu la visite d’un petit oiseau, de la taille d’un petit moineau mais vert, s’est même réfugié dans la cabine alors que Theo dormait.

Après 30 heures ininterrompues de moteur, nous avons retrouvé l’audition vers 22h lorsque Théo et Marie-Noelle ont déroulé le génois . Le vent est rentré par le SW et a rapidement forci jusque 20 noeuds, heureusement en tournant NW. Lors du changement de quart de 2h du matin, Theo et Gabi ont effectué une prise de ris impeccable de la Grand Voile. La nuit, bien que totalement noire, a bien plus agrble la voile qu’au moteur. Le baromètre retrouve des couleurs après la petite chute hier.

La bonne nouvelle vient aussi des estomacs, tout le monde a pu garder bien enfoui le repas du soir prarpar Jean-Michel.

Au rayon matos, on va retenter d’installer l’hydrogateur – le précédent test n’avait rien donné Pour ce midi (mardi 21 octobre), crumble de courgettes.

Position 13h TU+1
044N39.8′
007W34,8′
Vitesse 6 noeuds
cap 230

On est donc plus ou mons 400 km au nord de La Corogne. On se tâte quant à l’escale Vigo. La radio (vhf) du bord crite désormais en espagnol.

IMG_0398.JPG

IMG_0394.JPG

IMG_0397.JPG

IMG_0393.JPG

1er jour dans le Gascogne

Bonjour les Terriens !

Après notre départ émouvant du Crouesty devant les familles de Théo et Gabi, nous avons hissé les voiles à la sortie du chenal du Crouesty. Le soleil était radieux et nous avons essayé l’étai larguable avec le solent ainsi que le spi asymrique. Jean-Michel travaillant beaucoup pour ces manoeuvres. Le repas prarpar Mano fut pris 13h pile alors qu’on passait au sud du phare des Grands Cardinaux (Hoedic).

C’est alors que la journée pris un tournant moins joyeux, la houle de 4m venant de l’ouest, créée par une dépression centrée sur l’Irlande, a eu raison de la plupart des estomacs. Sans conteste, Mano fut la plus vaillante. C’est aussi le moment où le vent a décidé de tomber. Pour ceux qui nous suivent sur MarineTraffic.com (Tikehau), la bonne progression depuis 16h ce dimanche,c’est grâce au moteur !!

Pendant une grande partie de la nuit, des dauphins nous ont accompagné en jouant avec l’étrave de Tikehau et créant des jets de photoplanctons. Le tout sous un ciel étoilé. Il ne fait pas froid et seulement quelques bateaux de pheurs ont croisé notre route vers la fin de nuit.

Au rayon des soucis matos, l’hydrogateur Watt&Sea ne semble pas encore marcher, nous avons vérifié le disjoncteur en dessous de la couchette de Theo et Gabi ainsi que la connection de l’hydro sur le tableau arrière du bateau. Lorsque nous connectons tout, le gestionnaire de batterie n’indique aucun changement. Nous n’avons plus réussi à joindre Jean-Baptiste dimanche après midi. Rien d’urgent vu que le moteur tourne. Une idée ? Est-ce que la batterie doit descendre bas dans la charge? on est à 13.2V.

Theo a préparé un gratin de courgettes, aubergines et tomates pour ce midi. Ensuite on videra les jerrycans de gasoil dans le rervoir. Je pense que le vent ne rentrera pas avant demain. On envisage aussi de faire une escale Vigo (Nord Espagne) mercredi soir, histoire de soulager les malades et faire le plein de gasoil.

Position 12h34 TU+1
045N57,9′
005W12,9′
Cap 239
Vitesse 6,1 noeuds

IMG_0406.JPG

IMG_0407.JPG

IMG_0408.JPG

courses et procédure évacuation

Hier soir, nous avons fêté trop sobrement l’anniversaire de Jean-Michel – 60 ans svp pour le doyen du bord. Félicitations à lui !!

Pour notre deuxième jour de préparation au Crouesty, nous avons répété notre procédure d’évacuation. Jean-Michel s’occupera du BIB – notre radeau de survie, Mano de la balise de secours, Théo et Gabriel de la pharmacie, nourriture et eau, enfin je m’occuperai de l’appel de secours à la vhf et du téléphone satellite. Les courses d’envergure ont été faites avec brio cet aprem. Le soleil d’été rayonnait, et Arielle, la maman de Théo nous a énormément aidés à l’Intermarché! Nous ambitionnons de rallier Madère d’une traite, soit plus de 10 jours de mer. Le départ sera pour demain matin 11h Max !! Ce soir, dernier petit plaisir au resto !

image

IMG_0359-0.JPG

IMG_0356.JPG