Archives du mot-clé que faire

Conseils pour éviter le mal de mer

Dans cet article j’explique comment éviter le mal de mer et comment s’assurer qu’une première navigation en voilier – à fortiori avec moi – se passera bien

J’entame la rédaction de cet article car je suis énervé, frustré, fatigué… surtout déçu pour toi. Oui – TOI – qui refuses de naviguer car tu as peur d’avoir le mal de mer mais n’as jamais mis les pieds sur un voilier… ou parce que tu as eu une fois le mal de mer sur un ferry, en plein hiver, au milieu d’une tempête entre Calais et Douvres…

Tu rates cette superbe navigation en Zélande (phoques, villages pittoresques, etc.), tu rates cette traversée vers Londres au milieu des cargos et la remontée de la Tamise, tu rates cette baignade au milieu des tortues aux Grenadines, tu ne viens pas en Grèce explorer les Sporades, …

Sur les près de 500 équipiers que j’ai eu la chance de côtoyer, un petit 5% a eu le mal de mer. Ces malades l’étaient lors de navigations difficiles, rudes… Dans lesquelles la plupart (90%) de gens attrapent la nausée avant d’être véritablement amarinés. (c’était en Ecosse de nuit pendant la tempête,  durant mes deux transatlantiques, ou encore lors d’une traversée de la Manche en hiver).

La vérité, seulement 10% des gens sont vraiment insensibles au mal de mer… Par chance, ma tendre et chère et moi-même en sommes !

Voilier au Panama

Ce que vous ne verrez jamais à cause de votre psychose du mal de mer…

Mal de mer physiologique

Le mal de mer est psychologique et physiologique… Seulement une infime partie de la population (~5%) a le mal de mer physiologique – c-à-d irréversible et inguérissable. Par exemple, il existe même des pilotes d’avion avec le mal des airs… Pour eux, le meilleur remède est de prendre un antihistaminique (Touristil, MerCalm) 30 minutes avant le départ en mer. Ils éprouveront une petite somnolence à cause du médicament mais s’en sortent pas trop mal.

Mal de mer psychologique… et les 5 F

Les autres souffrent de – ce que j’appelle – mal de mer psychologique. Il est favorisé par les fameux 5 F – la faim, la frousse (peur), la foif (soif), le froid et la fatigue. Par exemple, cette personne qui n’a jamais navigué, qui part avec un équipage qui ne s’y connait pas plus que ca… il fait gris, il pleut, il fait froid … De peur de devoir aller à la toilette, il ne mange pas, et ne boit pas… en plus il a mal dormi pour sa première fois sur un voilier…

5F

5 F favorisant le mal de mer

Plus les conditions sont dures, plus les 5 F vont favoriser la nausée, voire les vomissements…

Conseils pour éviter le mal de mer

Rappelle-toi le début de l’article, sur 500 équipiers, seulement 5% ont été malade, et c’était à chaque fois dans des conditions pénibles… et surtout – TOUS – sont revenus faire de la voile. Voici quelques conseils pour éviter le mal de mer, le premier conseil étant le plus important, naviguer dans des endroits calmes pour commencer.

  • Naviguer pour la première fois dans un endroit calme – la Zélande, la Croatie, la Bretagne – avec une météo favorable (vent léger, pas de houle et du soleil)
  • Manger & boire suffisamment. Quand j’ai un petit coup de moins bien, j’adore manger quelques chips ou bonbons pour retrouver mes esprits
  • Prendre la barre et barrer le voilier afin de t’obliger à sentir les vagues, le vent…
  • Avoir chaud et rester au sec
  • Rester actif, aller chercher à manger dans la cabine, participer aux manœuvres, chanter, etc.
  • Ne pas lire, ne pas rester à l’intérieur ou cuisiner

Personnellement, je m’assure de naviguer dans des bonnes conditions avec des « novices » de la voile. Je tiens aussi les gens occupés, on chante, on mange, on prépare à manger, on fait la vaisselle sur le pont… Tout ça pour oublier qu’on est sur un bateau.

… et si jamais tu as quand même le mal de mer

Sache tout d’abord que la plupart des coureurs au large (voileux professionnels) ont aussi le mal de mer (après eux ne naviguent pas dans des conditions vraiment clémentes).

  • Il ne sert à rien de paniquer, reste dehors au grand air, éventuellement attache toi si la mer est vraiment agitée
  • Préviens le chef de bord le plus rapidement possible, il pourra te donner d’autres conseils / s’occuper de toi
  • Au plus tard, on guérit en 2 secondes une fois arrivé au port
  • Cependant, le mal de mer passe après quelques heures, souvent après une régurgitation ou un petit somme
  • Allonge toi, et ferme les yeux, si possible dors
  • S’il fait froid, il vaut mieux dormir à l’intérieur. Dans ce cas-là on rentre et on se jette sur sa couchette directement, sans essayer de ranger des chaussures ou autres, la priorité, s’allonger, fermer les yeux

Conclusion: La première expérience est fondamentale

Pour ceux qui rêvent d’emmener leur proches naviguer, il est indispensable de faire en sorte que leurs premières expériences nautiques soient bonnes. Oubliez une sortie à la mi-saison par un 5-6 Beaufort sur un petit voilier, préférez plutôt un grand voilier, au soleil, où on peut se baigner, et une courte navigation de quelques heures dans des bonnes conditions. Bon vent !

Guadeloupe – moins carte postale, plus authentique que la Martinique

Après la Dominique, nous avons passé une semaine en Guadeloupe. Les premiers instants sur l’île ont été plutôt rudes. Il y eut d’abord cette interminable queue pour passer l’immigration au débarquement du ferry (deux heures plutôt nous avions vécu la même queue à la sortie de la Dominique). Une fois franchi l’obstacle administratif, Mr. Georges nous attendait pour nous conduire jusqu’à notre logement – vue sur mer – à Ste Anne.

2015/01/p1230500.jpg

Le trajet dans la Fiat cabossée de Mr. Georges était très contrastée. Sa serviabilité et gentillesse étaient précieuses, mais la vue des immeubles HLM dans Point-à-Pitre ainsi que les milliers de panneaux publicitaires (pour frigidaires, McDo, Peugeot, fer à repasser) au bord de la route ne nous donnaient pas franchement l’impression d’être sur une île paradisiaque. De plus, les embouteillages se révélèrent plutôt pénibles – tout ça un 31 décembre.

2015/01/p1230256.jpg

Pour fêter le passage à l’an neuf, des centaines de personnes s’installent sur la plage de Sainte Anne avec barbecue, table pliable etc…. Et au moment des douze coups de minuit, tout le monde se jette à l’eau et admire le feu d’artifice du Club Med sur la plage de la Caravelle un peu plus loin.

Notre première journée en Guadeloupe fut calme, plage de la Caravelle puis un petit saut jusqu’à Saint François et retour à la plage de Sainte Anne. Notre excursion du lendemain jusqu’à Marie Galante était prête.

Deuxième jour à Marie Galante, véritable Havre de paix et calme.

Madame Patricia, compagne de Mr. Georges, nous loua la Fiat cabossée pour le troisième jour – Samedi 3 janvier – afin d’explorer Basse – Terre, l’île sous le vent de la Guadeloupe. On nous avait vanté le côté sauvage de Basse-Terre, on fut un peu déçu. Le village de Deshaies bien que mignon ne correspondait pas vraiment à nos attentes, trop touristique et fort petit. Plus loin sur la côte, on s’est arrêté à la plage de Malandure. De là, en kayak de mer on a été jusqu’à l’Islet Pigeon. Cette petite réserve naturelle est magnifique pour le snorkeling et rendue célèbre grâce au Commandant Cousteau qui décréta que c’était le plus bel endroit pour de la plongée.

On n’eut plus le temps d’explorer les cascades de Basse Terre.

2015/01/p1230210.jpg

2015/01/gopr2737.jpg

2015/01/gopr2734.jpg

Dimanche, la pointe des châteaux à l’extrémité Est de l’île offrit un spectacle formidable. Ce site sauvage était balayé par les alizés et de nombreux randonneurs venaient admirer la vue.

2015/01/p1230260.jpg

2015/01/p1230229.jpg

On prit le lundi le ferry pour les Saintes. Petit archipel au sud de Basse Terre.

Mardi, pour notre dernier jour en Guadeloupe. Plage et laser au départ du centre régional de voile de Sainte Anne. J’avais oublié combien il était difficile de manœuvrer ces petites embarcations. Et par 3 fois, dans 20 nœuds de vent, je chavirais !!

Que Faire en Guadeloupe ?

Les plages de Guadeloupe sont plus belles et authentiques qu’en Martinique.

La pointe des châteaux est d’une rare beauté.

L’Islet Pigeon en Kayak de mer vaut le détour. Prévoir une demi journée !

Les Saintes et Marie Galante, ainsi que probablement la Désirade, sont encore authentiques et sauvages. On vous recommande d’y passer au moins une journée si pas une nuit.

Martinique – escale française des Caraïbes

La Martinique est avec la Guadeloupe l’île principale des petites Antilles. Par sa superficie, sa population (500.000) et son développement économique largemement supérieur à la moyenne de la zone, l’île française influence grandement la région.

Presqu'ile de la Caravelle

Presqu’ile de la Caravelle

C’est une escale incontournable pour les plaisanciers. Le port du Marin dans le sud de l’île est ce qu’il y a de mieux en matière de nautisme. On appréciera aussi d’être en France ici au milieu des Caraïbes. Mais c’est aussi ce côté français qu’on aime moins…

Plage des Salines

Plage des Salines

Étang des Salines

Étang des Salines

Nous avons passé 4 jours à la pointe du bout dans la commune des Trois-Ilets. Pour Mno et moi c’était l’occasion de se réadapter à la vie à terre – une vraie douche, lessive de nos vêtements, un grand lit stable, Skyper avec la famille … Pour mon troisième séjour dans l’île, nous avons exploré l’île en utilisant l’autostop comme unique moyen de transport. Le premier jour c’était la plage des Salines, deuxième jour un transfert du Marin au Trois-Ilets avec nos grands sacs, troisième la côte est avec la presqu’île de la Caravelle suivi de concerts à Ti Sables (17 voitures différentes en une journée), une journée plage et enfin une journée Diamant et Grand Anse.

On aime

De la baguette, des routes en bon état, l’ambiance créole avec musique et chanté nowel, la nature, les compétences des différents intervenants nautiques au Marin, des formalités administratives expéditives pour entrer dans le pays (rien avoir avec la Barbade), les plages, les randonnées, Fort-de-France, la météo, les vols pas chers depuis Paris,…

Ainsi que l’accueil extrêmement aimable des locaux, l’autostop par exemple fonctionne super bien. Nous avons rarement attendu plus de 2 minutes avant qu’une voiture ne s’arrête pour nous emmener.

On n’aime pas

Que 90% des restaurants soient attrape-toutous avec le même menu médiocre trop cher, le manque de charme de beaucoup de constructions années ’70, la connexion internet indigne d’un pays développé (beaucoup plus lente qu’au Cap Vert ou en Dominique), qu’il soit impossible de réserver un ferry par internet mais qu’il faille appeler numéro spécial à 3€ la minute, les panneaux publicitaires xxl plantés au milieu de la nature magnifique…


Que faire en Martinique pendant une semaine ?

Voici une petite liste non-exhaustive de choses à faire en Martinique. La taille de l’île et sa variété permettent de s’occuper au moins une bonne semaine.

Visite rhumerie – Le rhum est aux Antilles ce que la bière est à la Belgique. La plupart des rhumeries agricoles de l’île ont cependant fermées. Nous vous conseillons la visite de Rhum JM – où l’on a particulièrement aimé le tour en 4×4 au milieu des plantations de canne à sucre et de bananier – ou La visite de l’habitation Clément – pour son musée et sa didactique particulière.

– L’ancienne capitale Saint Pierre située sur les flancs du Mont Pelé vaut également le détour. La ville a été entièrement détruite lors d’une éruption du volcan en 1902. Un rien plus au Nord, au Prêcheur et à l’anse Couleuvre, il y a de magnifiques plages de sable noir.

– Partez tôt le matin pour visiter et marcher sur la presqu’île de la Caravelle. Ce site vous séduira par son aspect plus sauvage.

– Les amateurs de randonnée aimeront les 20 km de marche à la pointe nord de Martinique entre Grand Rivière et l’anse Couleuvre, le retour au point de départ se fait en bateau. Autre randonnée célèbre en Martinique est la Montagne Pelée en prenant le chemin via Grande Savane.

– La plage et l’étang des Salines à l’extrémité sud de l’île est extraordinaire. Ne ratez pas non plus la balade autour de l’étang juste derrière la plage.

– Pour le snorkeling et ses pêcheurs, l’anse chaudière (Anses d’Arlets) vaut le détour. D’autres sites intéressants pour le masque et tuba sont l’anse noire, l’anse Dufour…

– Visitez la capitale Fort-de-France le matin, avec l’animation du marché. Durant l’après-midi c’est plutôt très calme.

image

image

image