Priorités en mer: la grande confusion

Votre meilleur ami vous raconte qu’il vient de faire un accident de voiture. Après s’être rassuré de son état de santé, la première question qui vient à l’esprit est « qui était en tord ? Qui avait la priorité ? »

Les plaisanciers qui prennent leurs réflexes d’automobiliste en mer sont de plus en plus nombreux. Ils sont probablement mal aidés par leurs quelques connaissances des règles de régate. Comme l’explique le magazine Bateaux.com: en régate, un bateau bâbord amure doit se maintenir à l’écart d’un bateau tribord amure. Cette règle fondamentale est la plus connue : « Tribord amure, roi des mers ».

RIPAM: Règlement international pour prévenir les abordages en mer

Les néo-plaisanciers connaissant le RIPAM sont par contre moins nombreux. L’idée de cet article vient d’ailleurs d’une conversation animée avec un juriste de surcroit, propriétaire d’un voilier depuis 10 ans.

Le RIPAM règlement régit la manière dont les navires évitent les abordages (collisions). Il ne mentionne jamais le mot priorité, mais utilise le terme privilège. Le navire privilégié a le privilège de garder son cap et sa vitesse… mais en dernier recours devra tout mettre en oeuvre pour éviter une collision avec un autre navire. (Wikipedia)

Le RIPAM - Les règles de priorité - Culture Maritime
Source: https://www.culture-maritime.com/fr/page-se3_cours.xhtml

Les navires sont privilégiés dans l’ordre suivant (du plus au moins privilégié):

  • Navire travaillant en mer
  • Voilier tribord amures
  • Voilier bâbord amures
  • Bateau Moteur

Mêmes les militaires le disent…

Le 12 novembre 2021, le porte-avions Charles de Gaulle, navire amiral de l’armée française entrait en collision avec un voilier de 10 mètres battant pavillon polonais au large des îles d’Hyères. (source: Préfecture Maritime)

Dans un communiqué, la Préfecture Maritime de Méditerranée avait précisé qu’« Une enquête technique a été déclenchée à l’issue de cette collision. Il est donc prématuré de définir d’éventuelles responsabilités. Dans le domaine du droit maritime, il n’existe pas dans les textes de notions de -priorité- mais plutôt celle de -privilège-. C’est le terme exact et approprié. Et que ce soit entre deux voiliers, deux bateaux à moteur ou l’un et l’autre, la notion de privilège dépend de la capacité d’intervisibilité entre les navires ».

Semi-rigide du porte-avions portant assistance au voilier battant pavillon polonais. | PREMARMED

Conclusion

Tout navire doit mettre tout en œuvre pour éviter une collision avec un autre navire.

Le marin et écrivain Olivier de Kersauzon ne pouvait pas mieux résumer l’attitude à adopter: « Quand un cachalot de 45 tonnes vient de tribord, il est prioritaire. A bien y penser, quand il vient de bâbord aussi … »

Olivier de Kersauzon: « Quand un cachalot de 45 tonnes vient de tribord, il est prioritaire. A bien y penser, quand il vient de bâbord aussi…

Une réflexion au sujet de « Priorités en mer: la grande confusion »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s