Archives du mot-clé Granada

Nicaragua – Pays de Lacs et Volcans

Après plusieurs heures de « chicken bus » dans la campagne Costa Ricaine, à la frontière un contrôle ebola, plusieurs « impôts » et 1 km de marche sous un soleil brûlant, nous arrivons au Nicaragua. On prend ensuite un taxi de la frontière jusqu’à San Jorge.
Ometepe – île aux deux volcans
 

À bord du ferry qui relie San Jorge à Moyogalpa, on découvre progressivement Ometepe et ses deux volcans, Madera et Concepcion, unis par la plage de Santo Domingo. L’île d’Ometepe sur le Lac Nicaragua est magnifique, splendide… Un des plus beaux endroits qu’on ait vu durant le voyage. Depuis notre auberge le « cornerhouse » à Moyogalpa, nous sillonnons l’île sur une motocross 200 cc pendant trois jours. Mno assise à l’arrière est plutôt tendue au début car la bécane est fort nerveuse, et avouons-le, mes changements de vitesse ne se passent pas toujours de manière optimale.

Nous nous perdons dans les villages et croisons sur la route des attelages de vaches ou chevaux, des vélos, quelques voitures ou bus, et des centaines d’écoliers. Sur l’île, enfants, chiens, vaches, chevaux et porcs se promènent en totale liberté.  Mno essaie (en vain) de photographier un oiseau à longue queue bleue, l’uraka, présent partout sur l’île mais sautant sans arrêt d’un arbre à l’autre. Le lac d’eau douce autour de l’île sert d’abreuvoir pour les animaux et les habitants utilisent des tables de pierre dans 1 m d’eau pour faire leur lessive.

Nous renonçons à l’ascension des volcans (1400 et 1600 m ) mais pas à la cascade sur les flancs du volcan Madera. Nous profitons des bains Ojo de Agua avec ses singes crieurs, de la réserve naturelle Charco Verde ou encore du village d’Altagracia qui semble avoir échappé au tourisme. Le dernier jour, en quittant l’île, nous tombons sur nos amis canado-suisse Jessie et Marc, que nous avions rencontrés plus tôt au Costa Rica lors de la randonnée du volcan Arenal.

  

 
San Juan del Sur – Bali bis
 
Après la grandiose Ometepe, San Juan del Sur est plutôt une déception ! Cela ressemble à la ville de Kuta à Bali, beaucoup de touristes surfeurs avec un penchant aigu pour la fête. La baie de San Juan sur la côte pacifique n’en n’est pas moins impressionnante avec son Christ perché sur une falaise (comme à Rio ou Lisbonne) et ses bateaux au mouillage. Nous passons notre seule journée là sur la plage désertique de Maderas. Le vent souffle à un bon trente nœuds. Le sable vole dans tous les sens et la mer est blanche d’écume. Je tente de surfer pendant tout l’après-midi avec les encouragements de Mno. Nous étions malheureusement un rien trop tard pour voir les tortues sur la plage voisine de Flor.
 
Granada – ville coloniale convertie au tourisme
 
Granada, située au bord du lac Nicaragua, est la capitale touristique du pays. Après une après-midi en ville où nous admirons les bâtiments coloniaux magnifiquement restaurés et assistons à un match de baseball (sport roi), nous louons une moto pour les deux jours suivants. Le premier jour nous nous perdons autour de la Laguna Apoyo dans des sentiers de boue et de terre. Les enfants qui mènent les bœufs avec un bâton sont pliés en quatre de voir deux gringos sur une moto.  Après une pause lunch dans un mauvais resto au bord du lac, nous roulons jusqu’à Masaya et son marché artisanal. La ville est moins touristique mais tout aussi accueillante.

Le deuxième jour sur notre bécane, nous commençons par les villages artisanaux de Pueblos Blancos. Mno et moi ne sommes que peu emballés par Catarina, San Juan et Diria. A Masatepe, nous prenons un chemin désaffecté à travers le parc national de Masaya, entre le volcan et le lac. Je regrette rapidement la motocross d’Ometepe et Mno doit m’aider à pousser la moto lorsqu’on s’ensable. Mais ce passage en valait la peine, au milieu des champs de lave, impressionnant !

Après un lunch avec une vue splendide sur le lac et le volcan, nous roulons jusqu’au sommet de ce dernier. La vue y est extraordinaire. Nous rencontrons Mica et Claire. Deux Suisses qui voyagent avec leurs 3 enfants pendant 3 ans autour du monde en camping car (suivez leur aventure sur http://laviedevant-leskilometresderriere.com). On s’échange les bons conseils, eux venant du Nord, nous du Sud. Mno est déjà adoptée par la petite dernière Amélie, tandis que Jimmy me montre ses legos. Nous les quittons trop vite car il commence à faire sombre et nous avons un peu de route jusqu’à Granada.

A quelques kilomètres de Grenada sur le lac Nicaragua se trouvent plusieurs îles habitées. Pour notre dernière matinée à Granada, nous visitons ces Isletas en lancha avec Cal et sa compagne Americano-Cubaine. Nous nous découvrons une passion commune pour la voile et écoutons à peine notre pauvre guide, tellement emballés par notre discussion… Les Isletas appartiennent surtout à de très riches hommes d’affaires mais n’en ont pas moins de charme.
Léon – ville petit déjeuner
 
N’ayant pas réservé de logement à Léon, nous finissons par loger dans une Hostel un peu pourrie qui ne survit que parce qu’elle est située à côté de la meilleure Hostel de la ville (tout le temps fully booked). De premier abord, Léon ressemble à Granada mais Léon est bien plus vivante que Granada. Les deux villes ont d’ailleurs longtemps été rivales pour être la capitale du pays. Pour apaiser les tensions, ce sera finalement Managua – située à mi-chemin – l’heureuse élue. Mno s’extasie devant les nombreuses boulangeries de la ville. Pan y Paz, fondé par un Français et une Hollandaise, est notre boulangerie préférée avec son patio intérieur, ses prix doux et son apport social au Nica.
On a adoré le Volcano Boarding sur le Cerro Negro. Pas vraiment pour le surf sur une planche en bois mais plutôt pour la vue magnifique – avec le coucher de soleil – depuis le petit sommet du volcan. Dans notre groupe, deux Nica-Américains ont abandonné la très courte ascension (45 min et plutôt facile) du Cerro Negro après 5 minutes seulement. Mno et moi loin d’être moqueurs, étions vraiment tristes et choqués que des jeunes de notre âge, par leur alimentation et éducation, ne soient même plus capables du moindre effort physique.
La Plage Las Penitas pas très loin de Léon n’a rien à envier aux plages panaméennes ou costa ricaines si ce n’est le manque de touristes. Nous passons la journée à essayer de surfer ainsi qu’éviter de se brûler les pieds sur le sable !
Conseils pour le Nicaragua
 

La plupart des voyageurs que vous rencontrerez au Nicaragua sont en voyage « longue durée ». Oubliez les préjugés, le Nica est un pays pauvre mais loin d’être dangereux, il est même considéré comme le plus sécurisé de l’Amérique Centrale. Contrairement à ses voisins, on n’y voit même pas de policiers armés à chaque coin de rue. De plus, il est nettement plus authentique et moins cher ! Prévoyez une quinzaine de jours pour visiter l’essentiel du pays et rajoutez quelques jours pour se rendre aux Korn Islands côté Caraïbes. Le peu de voitures et le bon état des routes en font un vrai paradis à moto ! Le Nica est facilement accessible depuis le Costa Rica voisin.